Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Volley : S’il vous plaît, gardez cette équipe !

Le CVB 52 HM, qui va déjà devoir se désigner un nouveau président, serait à notre avis bien mal inspiré de changer encore tous ses joueurs de Pro B. Il prendrait en tout cas le risque de la lassitude.



Certes, rien n’est encore fait pour le Chaumont-Volley-Ball 52 Haute-Marne. A l’heure où nous publions ces lignes, le club n’est toujours pas assuré de rester en Pro B. Il le sera si samedi soir il a la bonne idée d’aller gagner à Martigues. Sinon il disposera encore de plusieurs chances de s’en sortir.
Mais doit-on attendre le dernier de tous les matchs pour préparer la prochaine saison ? Ne pourrait-on pas engager des discussions avec les joueurs dans l’hypothèse - souhaitée par tous - où le club serait qualifié pour effectuer une 13e année en Pro B ?
Si nous posons ces questions, c’est parce que nous savons que les tractations vont déjà bon train dans la plupart des clubs de France et de Navarre. Et ceux-là ne se privent pas de contacter tous les joueurs qui les intéressent, y compris ceux de Chaumont.
Nous savons aussi que, jusqu’à présent, le CVB n’a engagé aucune discussion avec ses joueurs actuels.
Pour le président Eric Vigneron et l’entraîneur Pompiliu Dascalu, il s’agit d’une question d’honnêteté et de principe. Il est difficile en effet de faire des propositions fermes tant qu’on n’a pas l’assurance du maintien en Pro B et tant qu’on ne connaît pas le budget dont on disposera l’an prochain.
Oui, mais quand même...

Un bel esprit d’équipe, jusqu’au bout

Samedi dernier, alors que beaucoup de joueurs du CVB auraient pu considérer qu’ils n’avaient plus rien à faire à Chaumont, l’équipe locale s’est comportée de la meilleure des manières. Elle a fait preuve d’une belle unité. Chacun de ses membres s’est en fait montré très concerné par cette partie importante qui se déroulait devant un public dont la fidélité ne s’est jamais démentie.
On ne sait pas ce qu’il se passera ensuite. Mais, malgré tous les déboires de l’année, on peut dire que le volley professionnel chaumontais a rarement connu un groupe de cette qualité.
Chaque année nous expliquons que si le CVB veut réaliser de belles choses, il lui faut conserver au moins une belle ossature issue de la saison précédente. Malheureusement, pour diverses raisons, il n’y arrive jamais.
En 2007 encore, il a fallu tout changer. Trois Chaumontais sont partis ensemble compléter l’effectif d’une équipe qui montait de N1 (Canteleu-Maromme). Ça n’est peut-être qu’une coïncidence, mais on ne peut s’empêcher de constater que cette équipe finit aujourd’hui largement devant Chaumont.


Pour avoir des joueurs chaumontais

Cette fois-ci, alors que les résultats ont rarement été aussi décevants, il nous apparaît paradoxalement que, plus que jamais, il faut tenter de garder le plus possible de joueurs pour l’an prochain.
Il y a l’argument de l’esprit d’équipe aujourd’hui encore très fort au sein du groupe actuel. Il y a aussi celui du potentiel encore trop peu exploité de certains joueurs et de la progression inattendue de certains autres. Cette équipe ressemble finalement à plusieurs autres qui dans différents clubs ont connu une année difficile avant de se révéler vraiment.
Et puis il y a l’argument des spectateurs que nous sommes. Il est de plus en plus difficile de s’intéresser à une équipe qui change de visage chaque année. On reproche souvent au CVB de ne pas faire évoluer de Chaumontais au plus haut niveau. Mais dans la mesure où il faut faire souvent près de 2 mètres, il n’est pas facile de trouver des autochtones ayant le goût et le talent du volley. En fait, il suffit qu’un joueur «étranger» reste ici plusieurs années et s’intègre bien dans la ville pour qu’il devienne chaumontais à part entière aux yeux de tous. On se souvient bien de quelques anciens...
C’est de cette manière aussi qu’on fidélise le public. Or il nous semble que si tout change encore l’an prochain, on va pouvoir constater les premiers signes de lassitude du public.

Changer de président, c’est déjà beaucoup

Cette idée de la stabilité est d’autant plus importante que le club va déjà changer de président. Eric Vigneron est de plus en plus occupé par les affaires de l’entreprise troyenne dont il a pris la direction commerciale l’an dernier. Il est appelé à se déplacer de plus en plus en France et à l’étranger. Il estime ne plus pouvoir être suffisamment présent à Chaumont pour assumer encore la présidence du CVB 52 HM. Et même si la stabilité de l’équipe dirigeante est, elle, exemplaire depuis des années, ce changement de présidence (dont rien ne transpire aujourd’hui) sera suffisamment important pour ne pas en rajouter d’autres.
Voilà pourquoi nous croyons capital de changer de méthode avec les joueurs.
Plutôt que de courir le risque une fois de plus de les entendre dire en fin de saison : «Désolés, mais pensant que vous ne souhaitiez pas nous garder, nous avons pris des engagements ailleurs...», il vaudrait mieux, s’il en est encore temps, engager dès maintenant les discussions. On peut toujours leur dire : «On souhaite vous garder. Si l’équipe se maintient en Pro B et si vous avez envie de rester à Chaumont, sachez que ce sera certainement possible. Nous avons encore besoin de discuter avec les collectivités pour savoir de quel budget nous pourrons disposer. Mais si vous pouvez patienter un peu, vous aurez bientôt une réponse ferme. Or vous savez que, contrairement à d’autres, notre club a la réputation de toujours tenir ses engagements...».
Peut-être est-il trop tard. Et peut-être même l’équipe dirigeante ne voit-elle pas cette équipe aussi belle qu’elle nous le paraît. Mais puisque nous nous permettons toujours de donner notre avis, nous nous en serions voulu, quoi qu’il arrive, de ne pas avoir donné celui-là

Lionel Thomassin
Vendredi 18 Avril 2008
Lu 570 fois
Notez

Nouveau commentaire :