Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Volley : Les Fanatics s’expliquent

Dans notre édition du 26 septembre dernier, nous avons parlé d’une fâcherie entre le CVB 52 HM et le club des supporters «Les Fanatics». Cette semaine Benoît Varney nous a fait parvenir un texte au nom du «noyau dur» des Fanatics.



Dans notre édition du 26 septembre dernier (L’affranchi N° 751) nous avons parlé d’une fâcherie entre le CVB 52 HM et le club des supporters «Les Fanatics». Or, à l’époque, nous avions tenté, sans succès, de contacter quelques supporters responsables de leur club.
Cette semaine l’un d’eux, Benoît Varney, nous a fait parvenir un texte au nom du «noyau dur» des Fanatics. C’est ce que nous publions ici :
«Nous tenions à réagir par rapport aux problèmes rencontrés entre quelques Fanatics et le CVB 52. En fait, les soucis ont démarré à l'annonce de la nouvelle saison en ce qui concerne le secteur amateur. Certains adhérents se sont plaints de l'organisation mise en place au sein du club, plus particulièrement par rapport à l'équipe de régional senior.
«En tant que dirigeant, il est vrai que j'ai été surpris, puisque des décisions ont été prises sans que les dirigeants qui s'occupent du secteur amateur ne soient au courant. A commencer par moi-même. J’ai été prévenu deux jours avant la reprise des entraînements, que je devais prendre en charge la totalité de l’équipe senior (2 entraînements + matchs). Or, lors des réunions de préparation à la fin de la saison 2007/2008, cela n'était pas prévu.
«Le président n'a pas apprécié certaines critiques et n'a pas su nous entendre puisque aucune solution n'a été possible et qu'il n'en a pas cherché. Il nous a alors invité à nous expliquer avec le responsable du secteur amateur (pas présent lorsque l'on s'est expliqué avec les 2 salariés). De plus des choses ont été dites que l'on ne pouvait pas laisser passer (certes il s'est excusé mais le mal était fait).
«Nous avons alors plutôt souhaité nous inscrire en UFOLEP, d'une part (puisque de toute façon l'équipe était considérée comme une équipe loisir), et d'autre part de ne plus animer les soirées du samedi soir pour l'équipe fanion (le ménage est donc fait). Si nous avons tout arrêté, ce n'est pas parce que nous n’étions pas considérés, mais plutôt parce qu'il y a un désintéressement du secteur amateur. C'est bien beau de vouloir aller à droite à gauche recruter des adhérents, mais quand on n'est pas capable de garder le peu qu'il y a, cela devient plus compliqué (on peut constater qu’une des 2 équipes R1 a dû faire forfait puisqu'il n'y avait pas assez de jeunes).
«Pour en revenir aux jeunes, ils sont laissés le week-end en semi autogestion. Si on prend l'exemple de ce samedi, c'est Arnaud qui accompagne les minimes. Il s’agit d’un bénévole qui s'investit beaucoup. Malheureusement il ne possède aucun diplôme et n'a que très peu d'expérience dans le domaine. Et pourtant il sera responsable de 4 équipes sans la présence d'un Educateur du club (l'équipe Pro pour Thomas Royer et les seniors F pour Vincent). On peut regretter le salarié qui n'a pas été renouvelé cette année. Lui au moins, il aurait accompagné les jeunes ce week-end. De plus, ça éviterait à Vincent d'être au four et au moulin puisqu’en fait le nouveau salarié, s'occupe en priorité des Pro. On espère en tout cas qu'il y aura des améliorations, car même si le CVB a de l'âge en Pro B, il lui reste à «progresser» au niveau du secteur amateur. Car là, c'est peut-être moins professionnel».


NDLR. Depuis cette affaire, Les Fanatics ne sont pas morts. D’autres jeunes ont repris le flambeau (ou plutôt le tambour). Ils tentent d’apporter à la salle l’ambiance qui fait sa réputation.
Par ailleurs, les jeunes qui ont abandonné l’animation ne se désintéressent pas du volley professionnel pour autant. Ils viennent encore salle Jean-Masson, mais en simples spectateurs. La rupture n’est donc pas complète.

L' affranchi
Vendredi 24 Octobre 2008
Lu 1259 fois
Notez

Nouveau commentaire :