Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Un 1er mai exceptionnel à plus d’un titre

Cette année, le 1er mai sera unitaire et festif avec un pique-nique géant et des concerts au square du Boulingrin.



A en croire Jérôme Marcel, le leader haut-marnais de la CGT, «ça ne s’est jamais fait depuis la Libération». Cette année, le 1er mai syndical sera plus unitaire que jamais. L’appel à manifester est lancé par la totalité des organisations syndicales, c’est-à-dire la CGT, la CFDT, FO, la CFTC, la CGC, l’UNSA, Solidaires et la FSU. «L’UMP vient de faire une campagne d’affichage en disant que Sarkozy était un président à la hauteur des enjeux», souligne Jérôme Marcel. «Eh bien nous, on va faire aussi un 1er mai à la hauteur des enjeux». 
Cet appel à manifester fait suite aux journées d’actions du 29 janvier et du 19 mars. «Les revendications n’ont pas été entendues», martèle le leader de la CGT. «Le climat social ne s’améliore pas, bien au contraire. Et les licenciements continuent à tomber». 

Rassemblement devant la mairie, défilé puis détente au square du Boulingrin

L’objectif des syndicats est bien sûr d’obtenir un changement de cap dans la politique économique et sociale du gouvernement face à la crise. Avec en particulier l’obtention de mesures en faveur du pouvoir d’achat et de la consommation. 
Pour ce qui est de Chaumont (des actions sont aussi programmées à Langres et à Saint-Dizier), le rassemblement est prévu à 10 heures sur la place de la mairie. Avec prises de parole, puis défilé en rémontant la rue Tréfousse et le boulevard Gambetta en direction du square du Boulingrin où sera organisé un pique-nique géant (avec repas tiré du sac et buvette sur place).
Pour donner un côté encore un peu plus festif à cette journée, les syndicats ont décidé d’organiser avec l’aide de la MJC trois concerts dans l’après-midi. A l’affiche : le Bagad Café, les Far Away et le groupe de percussions de la MJC. 

Pique-nique géant et concerts toute l’après-midi

«Il s’agit avant tout d’une journée pour les salariés, mais on invite tout le monde, y compris les politiques car on souhaite échanger», précise Jérôme Marcel. «Et les gens pourront venir en familles. Alors qu’il ne fait pas bon travailler dans certaines entreprises aujourd’hui, on espère une ambiance détendue». 
En fonction du temps (des tentes sont prévues en cas d’intempéries) et de l’affluence, les animations pourraient durer jusqu’à 19 heures. Mais quelle que soit sa réussite, cette journée du 1er mai n’est censée être qu’une étape dans la mobilisation. Les organisations syndicales ont prévu de se réunir dès le 30 avril pour mettre en place d’autres actions...



Luc Chatel change les règles du pot républicain

L’an dernier, Luc Chatel avait souhaité perpétuer la tradition instaurée par Jean-Claude Daniel en invitant les organisations syndicales à un pot républicain servi en mairie le jour du 1er mai. Mais les syndicalistes n’avaient pas vraiment joué le jeu et le ministre-maire s’était retrouvé devant seulement une vingtaine de personnes, dont beaucoup d’élus municipaux et très peu de représentants de salariés... 
Alors que certains membres de son entourage lui conseillaient de ne rien faire cette année, Luc Chatel a décidé malgré tout de maintenir une réception ce vendredi 1er mai à 11 h 30 dans les salons de l’hôtel de ville. Mais en y invitant cette fois pas seulement les syndicats mais tous les «acteurs socio-économiques». C’est-à-dire également les patrons.
Ainsi, le ministre-maire (qui a également prévu d’aller à la rencontre des gens qui travaillent ce jour-là en faisant un saut aux urgences de l’hôpital et à la maison de retraite de Riaucourt) devrait se sentir un peu moins seul...




Inquiétudes syndicales à propos du canal

Depuis le transfert des agents de l’Equipement au Conseil général, les assemblées générales de FO Equipement ne sont plus ce qu’elles étaient. Ainsi, mercredi, à la salle du Patronage-Laïque, il y avait beaucoup moins de monde que les années passées (il faut dire que les agents transférés sont obligés de demander un jour de congé pour assister dorénavant à ce genre de réunion...).
Qui dit moins de monde ne dit pas forcément moins de problèmes. FO s’inquiète entre autres des conditions du prochain transfert des ouvriers du parc. Le syndicat est également préoccupé par le sort des agents d’Etat mis à disposition des Voies navigables de France (VNF).«Quand tout sera automatisé dans quelques années, il n’y aura plus d’agent sur le canal», annonce Michel Lecigne. En attendant, «les départs en retraite ne sont pas remplacés et il y a de plus en plus de flexibilité pour ceux qui restent». 
Vu le trafic actuel, il semble par ailleurs que le canal soit aussi victime de la crise. 




«Vous avez dit combien de salariés?»

Dominique Perchet (FO) dit avoir la plus grande peine du monde à sensibiliser les grands élus sur le sort de certaines entreprises locales. «Quand on leur dit qu’il y 5, 10 ou 15 emplois en jeu, on nous rigole au nez», s’insurge-t-elle. «C’est sûr qu’on ne pèse pas grand chose à côté d’entreprises qui ont plusieurs centaines de salariés. Mais en Haute-Marne, il n’y a pratiquement que des PME. Et actuellement, il y a plein de petites entreprises qui chôment ou qui ferment dans un silence absolu. Ce n’est pas normal. D’autant que si on pouvait compter le nombre d’emplois ainsi supprimés, on aurait peut-être des surprises...»

Christophe Poirson
Vendredi 24 Avril 2009
Lu 7701 fois
Notez

Nouveau commentaire :