Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Trautmann : Le plat de résistance du PS

Tête de liste PS aux européennes dans le Grand Est, l’ancienne ministre Catherine Trautmann invite les électeurs à sanctionner Sarkozy et à sortir de leur état de «sidération».



Trautmann : Le plat de résistance du PS
C’est -pour reprendre l’expression du 1er secrétaire fédéral Eric Loiselet- «une femme politique européenne chevronnée» que les socialistes haut-marnais ont accueillie mercredi. Après avoir été, entre autres, maire de Strasbourg et ministre dans les gouvernements Rocard et Jospin, Catherine Trautmann est aujourd’hui députée européenne, candidate à sa réélection comme tête de liste PS le 7 juin prochain dans la région du Grand Est. 
Comme François Bayrou il y a quelques semaines, l’élue socialiste a démarré sa visite en Haute-Marne par Chalindrey, en visitant le «port sec» (où elle a proposé, en tant que présidente du port autonome de Strasbourg, aux élus et aux responsables, de travailler de manière convergente avec les ports fluviaux) et en s’intéressant à l’avenir -menacé- du site ferroviaire. 
Elle s’est ensuite rendue à Viéville où le maire Denis Maillot lui a parlé des difficultés des élus ruraux pour obtenir des fonds européens et boucler des dossiers en bonne et due forme. 

«L’Europe peut être utile en ces temps de crise»

Sa visite s’est achevée par un «dîner républicain» organisé par la section chaumontaise du PS à la salle des fêtes de Brottes. Devant une petite centaine de militants et sympathisants, Catherine Trautmann a prononcé un discours assez offensif, soulignant que «les socialistes doivent se faire entendre et fortement» alors que «le président de la République a décidé de personnaliser la campagne et de profiter de l’état de sidération des Français face à la chape qui s’abat sur eux». 
«L’Europe peut être utile en cette période de crise», a longuement expliqué la députée européenne, à condition qu’elle ne soit pas contredite par «une économie qui tourne mal et qui place l’argent avant les hommes». 
La tête de liste PS milite pour une régulation du commerce international, pour un plan de relance à l’échelle européenne, pour une «économie verte» susceptible de créer 10 millions d’emplois sur l’ensemble de l’Europe, pour le co-développement et pour une politique positive de l’immigration. 
Catherine Trautmann profite de cette campagne pour défendre un nouveau modèle économique et social, qui nécessite selon elle de sanctionner Nicolas Sarkozy et de changer le président de la Commission européenne. Mais elle s’inquiète aussi de l’état des libertés, voyant par exemple dans la loi Hadopi non seulement un dispositif «inefficace» pour lutter contre les téléchargements sur internet mais aussi et surtout un «moyen d’observer et de vérifier tout ce que les Français peuvent faire». 

«S’abstenir revient à soutenir Sarkozy»

Bien qu’elle soit théologienne de formation, elle dénonce également certaines atteintes à la laïcité, en particulier le récent accord entre la France et le Vatican concernant la délivrance de diplômes d’enseignement supérieur. Mais elle reconnaît que Nicolas Sarkozy n’est pas seul en cause : «La laïcité en Europe est un combat quotidien», précise-t-elle.
Son expérience l’amène également à penser que «nous n’avons pas écarté les tentations fascistes qui existent dans certains pays et même dans ma région». 
Selon elle, seul le vote socialiste peut permettre de changer les choses en France et en Europe. Et elle n’hésite pas à s’en prendre à certains de ses adversaires. Jean-François Kahn, tête de liste du Modem ? «Il se dit révolutionnaire. Mais il faudrait qu’il commence par l’être au Modem et fasse changer certains votes. C’est le plus radical pour cacher le plus libéral. Grattez un peu le programme du Modem, il n’y a pas grand chose en dehors du général». Les Verts ? «Ils ne proposent rien concernant le social». 
Lors des dernières élections européennes, le PS avait obtenu 4 élus dans le Grand Est. Même s’il n’y a plus au total que 9 sièges au lieu de 10, il espère en avoir autant cette année. Et Catherine Trautmann ne cesse de répéter : «S’abstenir revient à soutenir Sarkozy...»

Christophe Poirson
Vendredi 15 Mai 2009
Lu 8324 fois
Notez

Nouveau commentaire :