Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Transfert : Grogne au parc de l’Equipement

Inquiets sur les conditions de leur transfert au Conseil général, les employés du parc de l’Equipement de Chaumont se sont mis en grève le 4 novembre. Ils redoutent une dégradation du service.



Les employés du parc de l’Equipement considèrent qu’ils n’ont pas suffisamment de garanties sur leur devenir, surtout avec le projet de réforme des collectivités locales. 
Les employés du parc de l’Equipement considèrent qu’ils n’ont pas suffisamment de garanties sur leur devenir, surtout avec le projet de réforme des collectivités locales. 
Après les agents de l’Equipement s’occupant des routes nationales, ce sont les ouvriers des parcs et ateliers (OPA) de la DDE qui doivent être transférés au Conseil général à compter du 1er janvier 2010. En Haute-Marne, il y en a 44 qui travaillent au parc départemental (à Chaumont, en face de la Sécu), 6 sur la base aérienne de Saint-Dizier, 3 qui sont mis à disposition des Voies navigables de France (VNF) et 2 autres qui sont au siège de la DDE. Mais alors que ce transfert est prévu depuis plus de 4 ans, les conditions n’ont toujours pas été arrêtées, le Parlement ne devant se pencher sur le sujet qu’en début d’année prochaine.
S’inquiétant de leur sort et réclamant une augmentation de leurs salaires (ils disent être embauchés au-dessous du SMIC et gagner le SMIC + 1 euro après 5 ans d’ancienneté !), ces employés se sont mis en grève le 4 novembre, dans le cadre d’une journée nationale d’action lancée par FO, la CFDT et la CGT. A Chaumont, la grève a été suivie par 90% du personnel concerné.
Bénéficiant jusqu’à présent du statut d’ouvrier d’Etat, les ouvriers des parcs et ateliers s’inquiètent de devenir des «agents contractuels des collectivités territoriales de droit public à contrat de durée indéterminée». Ils considèrent qu’ils n’ont pas suffisamment de garanties sur leur devenir. Surtout avec la récente mise en place du comité Balladur et le projet de réforme des collectivités territoriales susceptible d’aboutir à la suppression des départements. «Qu’adviendra-t-il alors des agents contractuels ?», s’interrogent-ils.

Des routes qui ne seront plus salées en hiver

Ils pensent en outre que les missions de service public ne vont plus être remplies comme il faudrait. Les OPA mis à disposition des VNF sont des techniciens spécialisés dans la programmation et la maintenance des automates qui actionnent les portes des écluses. «Des mission qui risquent d’être confiées à des entreprises privées», souligne l’intersyndicale. Tout comme les missions d’entretien de bâtiments, de chaufferie et d’électricité accomplies jusqu’à présent sur la base aérienne.
Quant au parc départemental, où il n’y a plus de chef depuis le 1er mars, les effectifs sont déjà passés en quelques années de 50 à 44. Et, pour des raisons d’économie, à en croire les syndicats, 1000 kilomètres de routes ne seront pas salés cet hiver en Haute-Marne (sur un total de 4 600). Plusieurs milliers de panneaux «route non déneigée» et «route non salée» seraient déjà prévus…
Au Conseil général, on confirme que les routes ne seront plus systématiquement toutes traitées, le plan de viabilité hivernale fixant des priorités avec un réseau principal et un réseau secondaire. 
En clair, il n’y aura désormais plus qu’une seule route qui sera salée pour aller d’une commune à une autre, tandis que les autres voies annexes seront laissées en l’état. Mais, selon le Conseil général, les routes qui seront traitées le seront mieux qu’auparavant.
A vérifier dès cet hiver...

L' affranchi
Vendredi 7 Novembre 2008
Lu 1373 fois
Notez

Nouveau commentaire :