Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Terrain de foot synthétique : retour au Dodin, oui mais où ?

La ville abandonne l’idée du synthétique aux Lavières. Elle revient au projet du Georges-Dodin. Mais elle préfère l’installer sur un des deux terrains existants plutôt que d’en créer un troisième.



Entre le rond-point de la route de Jonchery et le croisement de la route d’Arc-en-Barrois, nous avons figuré en pointillé le chemin le plus court que pourrait emprunter la déviation.
Entre le rond-point de la route de Jonchery et le croisement de la route d’Arc-en-Barrois, nous avons figuré en pointillé le chemin le plus court que pourrait emprunter la déviation.
C’est un peu l’arlésienne du sport chaumontais. Le terrain de football synthétique est annoncé depuis des années. Ce type d’équipement, qui n’est pas donné (plus de 700 000 euros) présente l’avantage de nécessiter très peu d’entretien et de pouvoir être utilisé sans modération quel que soit le temps.
Pour bien en comprendre l’intérêt, il faut savoir par exemple que si le CFC voulait s’entraîner plusieurs fois par semaine sur le stade d’honneur Georges-Dodin, la pelouse deviendrait vite inutilisable pour les matchs de CFA 2. De même, on n’imagine pas en ce moment, jouer deux matchs le même jour sur la même pelouse. Sans compter que certaines fois, il arrive qu’on ne puisse même pas en jouer un. C’est ainsi qu’en hiver certaines rencontres sont reportées. Ce qui, lorsque les retards s’accumulent, oblige, les beaux jours revenus, à terminer le championnat en jouant les mercredis et dimanches
Bref, ce terrain synthétique tant attendu avait été promis déjà par l’ancienne municipalité. Celle-ci avait prévu de l’installer aux Lavières, partant du principe qu’il servirait à plusieurs équipes, dont celles du Groupement du pays Chaumontais. Puis, après la faillite du groupement, elle a décidé que l’équipement s’imposait désormais du côté du stade Georges-Dodin.
Mais la nouvelle municipalité, votant les crédits dès son arrivée, a choisi de le programmer à nouveau aux Lavières. Elle le pensait plus utile là-bas. C’était surtout parce qu’elle avait pour projet de développer le site du plateau de Brottes. Elle prévoyait en fait - pour le prochain mandat quand même - d’y construire le grand stade remplaçant le vieux Georges-Dodin.
Voilà pourtant que les choses changent encore...


On sait que la déviation ne touchera pas le Pierre-Flamion et qu’elle écornera le Dodin 2. Quel que soit son tracé, il sera donc possible d’installer un troisième terrain. En pointillés nous présentons la solution la moins favorable. Au cas, peu
On sait que la déviation ne touchera pas le Pierre-Flamion et qu’elle écornera le Dodin 2. Quel que soit son tracé, il sera donc possible d’installer un troisième terrain. En pointillés nous présentons la solution la moins favorable. Au cas, peu
2 terrains + 1 synthétique = 2 terrains

En cours d’année, l’installation du terrain synthétique aux Lavières a été déprogrammée. La municipalité ne dit pas pourquoi, sinon qu’elle souhaite le rapprocher du principal utilisateur : le Chaumont-Football-Club. Du coup, on peut se demander si elle n’abandonne pas son idée de grand stade. Nos questions sont jusqu’ici restées sans réponse...
Toujours est-il que les crédits votés en 2008 ont été annulés samedi dernier lors de la séance du conseil municipal consacrée au budget. Toutefois, la ville a fait savoir qu’elle reprogrammait le terrain synthétique, mais, cette fois-ci, sur le site Georges-Dodin.
Patrick Lefèvre, l’ancien adjoint aux sports, s’est déclaré satisfait de voir les nouveaux élus se rallier à son point de vue. Mais il s’est aussitôt inquiété de l’emplacement, craignant que le synthétique ne vienne tout simplement remplacer une pelouse existante. Auquel cas le bénéfice serait très limité.
Il y a actuellement deux terrains de compétition du côté de la Dame-Huguenotte : le Dodin 1 et le Pierre-Flamion (voir photos ci jointes). Si le synthétique était installé sur le terrain d’entraînement (le Dodin 2), ça ferait finalement 3 bons terrains pour la compétition.
Or, ce n’est apparemment pas l’option retenue.

Le vrai problème est financier

Frédéric Perrin, le conseiller municipal délégué aux sports explique que le tracé de la déviation de Chaumont écorne le Dodin 2. Il n’y a donc plus assez de place pour le synthétique et surtout son éclairage, dont l’un des poteaux se trouverait pratiquement au milieu de la chaussée. Par ailleurs, il affirme que la pelouse du Pierre-Flamion n’est plus très plane. Y installer le synthétique ferait un très beau stade puisqu’il dispose d’équipements et de vestiaires de très bonne qualité. Il ajoute que, le synthétique étant beaucoup plus utilisable que la pelouse naturelle, ça apportera toujours un plus pour le club.
Nous n’avons pas eu accès aux documents de la DDE précisant le tracé de la future route. Mais, quel qu’il soit, il existe en fait le moyen de déplacer le Dodin 2 pour que le site puisse contenir trois terrains. Il suffirait de s’étendre sur la partie en sable qui sert parfois de lieu d’entraînement, parfois de parking.
Bien sûr, ça pourrait être embêtant pour le stationnement. Mais, la déviation étant appelée à couper l’accès à la zone industrielle, la route actuelle pourrait carrément être transformée en parking.
Le vrai problème est financier en fait. Installer le synthétique au Pierre-Flamion ne coûterait pratiquement rien de plus que les 700 000 euros actuellement prévus. Aménager le Dodin 2 et tout ce qui va autour occasionnerait d’autres dépenses. Le tout est de savoir ce qui est le plus rationnel.
Si on souhaite garder le site et y développer le foot, il faut évidemment partir sur l’option des trois terrains. Mais si on souhaite simplement donner au club des conditions de fonctionnement à peu près correctes en laissant à d’autres le soin de décider de l’avenir du vieux stade Georges-Dodin, l’option du Pierre-Flamion pourra toujours être qualifiée de «mieux que rien».


Lionel Thomassin
Dimanche 8 Mars 2009
Lu 2004 fois
Notez

Nouveau commentaire :