Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Social : Aider les seniors à partir en vacances

Grâce à la convention signée avec l’Agence nationale des chèquesvacances, la ville de Chaumont va proposer aux personnes de plus de 60 ans ayant des revenus modestes de partir en vacances.



Dès cette année, une centaine de Chaumontais âgés de plus de 60 ans, retraités ou sans activité, et ayant des revenus modestes, devraient pouvoir partir en vacances, pendant une semaine, moyennant une participation d’une cinquantaine d’euros. 
Pour mettre en place cette mesure d’ordre social, le maire de Chaumont a signé ce jeudi 17 avril une convention avec l’Agence nationale des chèques vacances (ANCV). 
Luc Chatel en a eu l’idée lors de son passage au secrétariat d’Etat au tourisme. «J’ai été frappé par certains chiffres», raconte-t-il. «Un Français sur trois ne part pas en vacances. Un sur quatre n’est jamais parti. Et ces chiffres n’évoluent pas depuis 25 ans». 
Parmi les plus de 65 ans, on arrive à une proportion d’un sur deux. A cause de problèmes de santé, mais aussi par manque de moyens financiers. «Sur une ville comme Chaumont, je ne serais pas étonné qu’on ait même un taux de 65 ou 70% de seniors qui ne partent pas en vacances», souligne Luc Chatel qui voit dans ces chiffres une illustration de la fracture sociale. 
En septembre 2007, le ministre a ainsi annoncé le lancement d’un vaste programme de départ en vacances des personnes âgées, confié à l’ANCV, avec l’objectif de le porter de 10 000 personnes en 2008 à 500 000 personnes en 2011.
Concrètement, le programme «Seniors en vacances» consiste pour l’ANCV à négocier des tarifs de séjours intéressants avec les opérateurs de tourisme. De l’ordre de 360 euros tout compris. Et d’en prendre à sa charge la moitié. L’autre moitié étant à la charge de la collectivité organisatrice et /ou de la personne bénéficiaire. 
Pour ce qui est de la ville de Chaumont, tout n’a pas encore été défini avec précision. Mais «on pourrait imaginer que les Chaumontais ne déboursent pas plus de 50 euros pour une semaine de vacances, tout compris», annonce Luc Chatel.Tout compris, c’est-à-dire non seulement l’hébergement et les repas pris sur place, mais aussi le transport. 
L’idée de la municipalité est d’organiser cette année, entre début septembre et fin novembre, deux séjours d’une cinquantaine de personnes chacun. Le choix se fera entre Grasse (Alpes Maritimes), Bormes-les-Mimosas (Var), Guéthary (Pyrénées Atlantiques) et Saint-Georges-de-Didonne (Charente maritime). 


L'affranchi
Vendredi 18 Avril 2008
Lu 566 fois
Notez

Nouveau commentaire :