Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Semoutiers : L’engagement était écrit

Contrairement à ce qui a été dit lors de la dernière réunion de la Communauté de communes du Pays chaumontais, l’engagement de Semoutiers à rétrocéder la somme de 44 000 euros n’était pas simplement oral. Il a fait l’objet d’un vote.



Depuis des années, Semoutiers doit 44 000 euros à la Communauté de communes du Pays Chaumontais. Cette somme, que le maire Jean-Luc Raillard refuse de verser, du moins dans son intégralité, et qui fait aujourd’hui l’objet de tractations, est pourtant incontestable. On apprend en effet qu’une délibération lui a été consacrée et que l’ancien conseil municipal (dont faisait partie Jean-Luc Raillard) l’a votée à l’unanimité.
Cette affaire, qui empoisonne les relations entre la commune de Semoutiers et la CCPC prend ses origines dans la construction de locaux destinés à reloger l’entreprise Pellerin alors en pleine déconfiture. On se souvient du montage compliqué qui avait vu la ville de Chaumont racheter l’entreprise du Val Poncé pour la confier à Capdevielle. Il avait alors fallu, dans le même temps, installer quelque part ce qui pouvait être sauvé de Pellerin. C’est ce qui a été fait à Semoutiers, près de l’aérodrome.
Nous avons à l’époque beaucoup critiqué cette double opération très coûteuse pour les finances publiques et hasardeuse sur le plan économique. L’avenir nous a malheureusement donné raison. Cependant, on peut quand même considérer qu’elle a permis de faire vivre quelques centaines de personnes pendant plus de 5 ans. C’est toujours ça...
Mais revenons à la construction du bâtiment de Semoutiers, destiné à ce qu’on a appelé les «Menuiseries françaises». Celle-ci a été réalisée par la Communauté de communes. Toutefois, cet aménagement a permis à la commune de Semoutiers de percevoir le reversement d’une somme issue de la Taxe locale d’équipement.
Ce sont ces fameux 44 000 euros, à cette nuance près qu’à l’époque on en était encore aux francs.

Daniel - Chatel : deux styles différents

Il avait été entendu que Semoutiers ne conserverait pas cette somme. La commune s’engageait à la reverser à la collectivité qui avait réellement réalisé l’aménagement. C’était logique...
Le conseil municipal, dirigé à l’époque par M. Zytko, avait alors voté une délibération dans ce sens. Cette décision se justifiait d’autant plus d’ailleurs que la CCPC avait alors pris en charge la réfection du chemin communal menant à la zone concernée. Tous les élus avaient voté pour ; y compris M. Raillard qui était adjoint à l’époque.
Mais devenu maire, Jean-Luc Raillard a ensuite changé d’avis. Il a considéré que les divers aménagements de la Communauté de communes avaient causé des dépenses pour la commune (un remembrement notamment). Un bras de fer s’est alors engagé avec le président de la Communauté de communes, Jean-Claude Daniel. On n’en a cependant jamais rien su.
L’affaire est sortie cette année avec la présidence de Luc Chatel. Celui-ci a d’abord fait un cadeau à M. Raillard en lui permettant de devenir vice-président de la Communauté de communes (une situation que L’affranchi a dénoncée dans son N° 734). Puis le nouveau président a publiquement exposé le problème en réunion et il a annoncé qu’il allait négocier avec le maire de Semoutiers ; histoire de voir ce qu’il serait possible de récupérer sur les 44 000 euros.
Luc Chatel expliquait alors qu’il n’avait pas le choix puisque l’accord avec son prédécesseur était resté verbal. Ce que L’affranchi n’a pas manqué d’écrire. Et c’est alors que des lecteurs attentifs nous ont signalé l’existence de cette délibération du conseil municipal de Semoutiers.
Voilà qui peut changer le rapport de forces...

Lionel Thomassin
Vendredi 13 Juin 2008
Lu 491 fois
Notez

Nouveau commentaire :