Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Saint-Roch : Contre la «mal bouffe»

L’art de bien manger équilibré peut s’apprendre à la cantine. A St-Roch, en tout cas, on ne manque pas une occasion d’y sensibiliser les enfants. Et si possible, de façon amusante.



Lundi midi, un drôle de «Roller man» fait irruption dans la salle du réfectoire de Saint-Roch. Pas totalement rassuré sur ses patins à roulettes, malgré casque et protections, il va de table en table, s’arrêtant pour proposer une devinette ou un jeu.
C’est Gil Morand, un acteur-animateur recruté par Scolarest, qui visite les cantines gérées par le groupe. Hier, il était à Charleville, demain il ira au Mans.
Son intervention est basée sur le sport et l’énergie. Ses petits jeux font appel à la réflexion, à la mémoire ou aux réflexes. Et son air gauche sur les patins rappelle la nécessité de toujours veiller à l’équilibre. Tout est alors prétexte à parler des aliments, de leurs apports et du besoin de manger de tout. Au passage, il surveille les plateaux-repas, toujours prêt à prendre un élève en flagrant délit de mal-bouffe.
«Ce n’est pas le cas ici, confie-t-il. Mais dans certains grands restaurants scolaires, où il est impossible de surveiller tout le monde, on peut trouver des assiettes remplies de féculents copieusement arrosés de ketchup... et rien d’autre».
Le personnage intéresse. Tous les enfants veulent jouer avec lui.
Il y a quelques années, après la sortie du film «Podium», il arrivait en sosie de Claude François avec une animation intitulée «Calcium». Puis, c’est en «Brice de Nice» qu’il a fait sa tournée s’appuyant sur un slogan pas banal : «Graisse, pas nice !».
Cette façon ludique d’aborder le sujet est assez efficace. A Chaumont, en tous cas, son discours est compris. La plupart des réponses à ses questions figurent dans des grands dessins accrochés en permanence sur les murs du réfectoire. Il faut savoir également qu’un autre animateur est passé en début d’année et que l’équipe du restaurant propose aussi ses propres animations. Des petits concours sont ainsi régulièrement organisés.
On peut ajouter encore qu’aux termes de son contrat avec la ville, Scolarest s’engage à ne jamais servir d’aliments reconstitués genre poisson pané, cordon bleu et autres «dindosaures»... Ces contraintes, d’une part, et une bonne information des jeunes consommateurs, d’autre part, se conjuguent pour que les petits Chaumontais restent éloignés le plus possible de la «mal bouffe».

Lionel Thomassin
Vendredi 30 Mai 2008
Lu 360 fois
Notez

Nouveau commentaire :