Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Rue Gouthière : la renaissance prévue de l’immeuble du XVIe siècle

Jean Vitrey vient de racheter le vieil immeuble de la rue Gouthière, à Chaumont, qui est inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Il cherche des investisseurs qui permettront d’achever enfin la réhabilitation.



Des travaux déjà importants et intéressants réalisés sur l’immeuble situé au 3 rue Jean Gouthière.
Des travaux déjà importants et intéressants réalisés sur l’immeuble situé au 3 rue Jean Gouthière.
Les Chaumontais connaissent bien la maison de la rue Jean Gouthière. Certains pour son aspect historique et architectural, d’autres plus simplement pour la gêne qu’il a occasionnée pendant de très nombreuses années.
Ce vieil immeuble, qui est daté du XVIe siècle, appartenait à la ville de Chaumont quand (à l’époque de Cyril de Rouvre) il a été en partie détruit par un incendie en 1991. La rue a été coupée à cette occasion et elle l’est restée finalement pendant une bonne quinzaine d’années.
Entre temps, il a été vendu, pour le franc symbolique à M. Jean-Louis Maillefert, un entrepreneur de Rolampont qui s’est lancé dans sa réhabilitation en suivant les plans de l’Architecte des bâtiments de France de l’époque.
Les choses évoluant très lentement, alors que palissades et échafaudages condamnaient toujours la rue, le maire de Chaumont (Jean-Claude Daniel, cette fois) avait tapé du poing sur la table. Il avait fini par obtenir la réouverture de la rue à la circulation, mais plus rien ne bougeait.
Et puis récemment (début du mandat de Luc Chatel donc) M. Maillefert a vendu à un autre entrepreneur : M. Jean Vitrey, de Villiers-sur-Suize.


Une image de ce qu’était autrefois la porte de l’immeuble
Une image de ce qu’était autrefois la porte de l’immeuble
Inscrit à l’inventaire des monuments historiques

La vente porte en fait sur trois immeubles attenants : ceux du 1 et du 3 rue Gouthière ainsi que le 2, rue Guyard. Ce dernier ayant autrefois abrité la Croix-Rouge. L’ensemble est imposant. Mais ce qu’on retient surtout, c’est la partie 1, rue Gouthière. Celle-ci est inscrite depuis le 31 juillet 1979 à l’inventaire des monuments historiques, à la fois pour sa façade et sa toiture.
C’est ce que nous a confirmé M. Jérôme Auger, l’actuel Architecte des bâtiments de France, nous précisant que seuls trois autres hôtels particuliers se trouvaient dans ce cas à Chaumont.
Ce qui impose bien sûr des contraintes très particulières et coûteuses (mais des aides sont possibles) lorsqu’on veut réhabiliter. M. Auger a d’ailleurs fait savoir qu’il se tiendrait à la disposition du nouveau propriétaire pour lui donner tous les conseils utiles.
«Beaucoup de professionnels de l’immobilier choisissent de travailler sur ce type de bâtiment, a-t-il commenté. Et ils font souvent du bon travail. C’est ainsi par exemple que le centre-ville de Dieppe a été sauvé».


La façade du bâtiment du N°1 rue Jean-Gouthière est inscrite à l’inventaire des monuments historiques.
La façade du bâtiment du N°1 rue Jean-Gouthière est inscrite à l’inventaire des monuments historiques.
Déductions d’impôts pour l’investisseur et travail pour l’entreprise

M. Vitrey nous a confié d’ailleurs n’avoir pas vocation à rester propriétaire. Il cherche en fait un ou plusieurs investisseurs capables de prendre l’opération à leur charge. Il imagine par exemple des professions libérales qui souhaiteraient y installer leurs bureaux.
L’intérêt pour les investisseurs, c’est qu’ils peuvent bénéficier de la loi Malraux ; un dispositif qui permet d’obtenir de très importantes déductions d’impôts.
M. Vitrey estime que 70 % des gros travaux nécessaires ont déjà été réalisés. Le plus dur est donc fait. Et il ajoute qu’à l’intérieur, des planchers et des cheminées sont déjà en place.
S’il s’est lancé dans cette opération, c’est tout simplement parce qu’il y a vu l’opportunité de donner du travail aux employés de l’entreprise familiale, dans une période qui s’annonce difficile. Et tout cela n’a d’intérêt que si les choses se réalisent dans des délais raisonnables.
On peut donc imaginer que le chantier ne restera pas en suspens durant des années encore.
Ce qui ne manquera pas de rassurer aussi bien les voisins que les amoureux des vieilles pierres.

Lionel Thomassin
Vendredi 9 Janvier 2009
Lu 522 fois
Notez


1.Posté par Gérôme Taillandier le 12/01/2009 22:34
Monsieur,
J'apprends avec plaisir que M.Vitrey cherche une solution pour la restitution de l'Hôtel Jean-Gouthière.

J'ai envoyé il y a quelques mois à vos collègues du JHM un dossier complet sur l'état de ce bâtiment, ainsi qu'à la mairie. J'ai par ailleurs alerté le ministre de la culture de cette situation.
Je le tiens à votre disposition si vous le souhaitez, car j'ai un peu l'impression de travailler pour rien pour l'instant
J'ai essayé de montrer que la fameuse pierre de la porte d'entrée est un ancien symbole pythagoricien transmis par diverses voies au 16ième siècle puis à la maçonnerie franche à vraidire à la même époque.
Mon travail est en réalité largement non publié.
Sincèrement vôtre,
GT

Nouveau commentaire :