Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Restos du Coeur : Un camion et de nouveaux locaux

A Chaumont, les Restos du Coeur démarrent la campagne d’hiver 2008/2009 dans de nouveaux locaux aménagés au foyer des jeunes travailleurs et avec un camion frigo mis à disposition par EDF.



Les Restos du Cœur vont bénéficier durant quatre mois d’un camion mis à disposition par EDF pour le transport des marchandises ultra-fraîches et surgelées.
Les Restos du Cœur vont bénéficier durant quatre mois d’un camion mis à disposition par EDF pour le transport des marchandises ultra-fraîches et surgelées.
Lundi 1er décembre, les Restos du Cœur ont profité du lancement de la campagne d’hiver 2008-2009 pour organiser une petite réception sur la zone industrielle de la Dame-Huguenotte, où ils ont leur entrepôt (chez Schenker-Joyau Transports). Le délégué régional EDF Philippe Germain est venu remettre officiellement à Francine Lebon, administratrice déléguée des Restos du Cœur de Haute-Marne, les clés d’un camion frigorifique qui sera mis à disposition durant quatre mois pour le transport des marchandises ultra-fraîches et surgelées. Dès le lendemain, ce camion devait servir à aller chercher des frites à Montigny.
Autre actualité pour les Restos du Cœur : leur installation dans ce que l’on doit désormais appeler l’ancien Foyer des jeunes travailleurs, rue de Carcassonne, au Cavalier. «Jusqu’à présent, nous devions travailler à Chaumont dans de très mauvaises conditions», commente Francine Lebon qui tient à remercier la municipalité pour sa «réactivité».

«Quand Coluche a créé les Restos, ils devaient être provisoires...»

Avec le rez-de-chaussée du FJT, les Restos du Cœur vont disposer gratuitement (alors qu’ils payaient un loyer rue Tréfousse) de locaux d’environ 400 mètres carrés. Et, selon Didier Cognon, adjoint en charge de la vie quotidienne, la Ville n’a pas pour autant l’intention de supprimer mais juste de revoir un peu à la baisse la subvention qu’elle accordait jusqu’à présent aux Restos (de l’ordre de 8000 euros) et qui servait surtout à payer ce loyer.
L’occupation du FJT ne peut toutefois être que provisoire (pas plus de trois ans), le temps que la municipalité décide de ce qu’elle compte faire du bâtiment (démolition ou rénovation-transformation).
En attendant, les Restos du Cœur ont du pain sur la planche. «Cette année, on ouvre la 24e campagne… Encore une !», souligne Francine Lebon. «Quand Coluche a créé les Restos du Cœur en novembre 1985, ils devaient être provisoires ! Ils sont aujourd’hui durables et indispensables».

«Avec la crise, les chiffres peuvent exploser»

Durant l’hiver 2007-2008, ce sont 243 000 repas qui ont été distribués à quelque 2600 bénéficiaires répartis sur tout le département et 130 bébés ont reçu des colis spécifiques (lait, couches, petits pots, etc.). «Cette année, on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre», ajoute Francine Lebon. «Mais avec la crise, les chiffres peuvent exploser».
Avant l’ouverture de la 24e campagne, les Restos avaient déjà enregistré sur le département une augmentation de 5% des inscriptions. «Mais ce n’est pas significatif de ce qui va se passer sur le terrain car les gens peuvent venir s’inscrire jusqu’à fin mars», précise l’administratrice déléguée.
En raison de la conjoncture économique et sociale, les Restos du Cœur craignent aussi cette année une baisse des dons.
En tout cas, Didier Cognon constate qu’il y a déjà de plus en plus de personnes –souvent âgées- qui n’arrivent plus à payer leur loyer ou leurs factures d’eau ou d’électricité. Et il souhaite travailler avec les Restos du Cœur, EDF et la Lyonnaise des Eaux pour «anticiper les problématiques» et mettre en place des mesures d’alerte. «Il faut tout faire pour éviter qu’on en arrive à des coupures d’eau ou d’électricité», annonce-t-il. C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire.

Christophe Poirson
Vendredi 5 Décembre 2008
Lu 408 fois
Notez

Nouveau commentaire :