Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

«Rendre le festival aux Chaumontais», disait-il...

La 19e édition du festival international de l’affiche et du graphisme, dont le coup d’envoi est donné ce samedi 24 mai, sera l’occasion de vérifier les progrès en matière d’appropriation de la manifestation par les Chaumontais.



Au square Philippe-Lebon, des images de Chaumontais.
Au square Philippe-Lebon, des images de Chaumontais.
Au cours de la campagne électorale, Luc Chatel avait promis de «rendre, dès cette année, le festival aux Chaumontais». Alors que le coup d’envoi de la 19e édition du festival international de l’affiche et du graphisme doit être donné ce samedi 24 mai, on va donc enfin savoir ce que cette promesse signifie précisément. En tout cas, cette année, c’est un peu le bazar dans l’organisation et la communication. Entre le toujours président Pascal Grisoni, le nouvel adjoint en charge du graphisme Vincent Galantier et le «vice-président délégué» (et futur président ?) Thierry Simon, on ne sait plus trop qui fait quoi. Et comment comprendre qu’il y ait à la fois un programme officiel établi par la direction artistique de l’association du festival, des «manifestations associées », mais aussi des initiatives d’étudiants et un «festival off» organisé par la municipalité ? Cerise sur le gâteau : 48 heures avant l’inauguration, certains commerçants du centre-ville se plaignaient de n’avoir même pas un programme à donner à leurs clients ou une affiche à coller en vitrine. Pas sûr que ce soit le meilleur moyen d’associer les Chaumontais au festival…

Le graphisme descend dans la rue
Malgré tout, les organisateurs attendent du monde pour le week-end d’inauguration. Ils en veulent pour preuve le niveau élevé des réservations dans les établissements hôteliers (il faut dire qu’il y a aussi des animations sportives ce week-end). Autre signe encourageant : il semble que cette année le festival soit –enfin !- réellement présent dans la rue. Après Savignac, Cassandre et Paul Rand, les Silos rendent hommage au graphiste suisse Josef Mu.ller- Brockman. Il revient au graphiste français Paul Cox de s’approprier la Chapelle des Jésuites (il a choisi de présenter un unique projet baptisé «Le Boulingrin de l’Oncle Toby», ce qui n’a rien à voir avec le square du même nom). Le Garage accueille la jeune scène graphique zurichoise. A l’hôtel de ville, la salle du conseil municipal présente une sélection d’images soixanthuitardes fortes. Et aux Subsistances se tiennent le concours international de l’affiche et le concours «Etudiants, tous à Chaumont !». Mais, en dehors de ces lieux d’exposition traditionnels, la graphiste en résidence Fanette Mellier investit l’espace public. Et, devant la gare, les affiches de Pierre di Sciullo vont être collées les unes après les autres, à intervalles réguliers, dans le cadre d’une performance, tout au long de la journée du 24 mai.

En attendant le Centre international de l’affiche et du graphisme...
Des images de Chaumontais ont aussi fait leur apparition du côté du square Philippe- Lebon. Et des actions d’accompagnement du public (visites commentées, ateliers de création, etc.) seront proposées tout au long du festival. Côté festif, il y aura des cafés concerts, le plus souvent en fin de semaine. Et, cette année, le spectacle d’ouverture se déroulera le samedi soir, à partir de 22 heures, sur le parking des Silos. Au programme : des percussions et de la pyrotechnie avec le show «Très méchant(s)» de la compagnie les Commandos Percus. Auparavant, à partir de 20 h 30, une «Battle Slam Graphic» se déroulera au «Super», le chapiteau installé sur la place de la gare depuis le début de la semaine qui proposera en outre, à partir de 23 heures, une soirée DJ. Comme le rappelle Luc Chatel dans la préface du catalogue du festival, «toutes ces actions de monstration, de formation, de conservation, le développement de productions ambitieuses et de nouvelles activités économiques et donc d’emplois s’inscrivent dans le cadre du programme de préfiguration du futur Centre international de l’affiche et du graphisme. » Reste à savoir quand. Car l’une des premières mesures de la nouvelle municipalité a consisté à déclarer sans suite le concours d’architectes lié justement au projet de centre international de l’affiche et du graphisme…

Christophe Poirson
Vendredi 23 Mai 2008
Lu 484 fois
Notez

Nouveau commentaire :