Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Quand Sylvie Cotillot défend la MJC



Vice-présidente du Conseil régional, Sylvie Cotillot nous a fait parvenir une copie de la lettre qu’elle a envoyée au maire de Chaumont Luc Chatel juste avant la dernière réunion du conseil municipal :
«C’est en ma qualité d’élue régionale, que je me permets de m’adresser à vous, sensibilisée  par la situation que traverse actuellement la MJC de Chaumont.
La MJC a fait état publiquement des difficultés qu’elle rencontre dans ses relations avec la ville, pour assurer sa pérennité.
A plusieurs titres, je voulais vous faire part de mon souhait de voir cette structure importante pour le développement de la culture et de l’éducation sur Chaumont et son bassin, surmonter cette crise.
Tout d’abord, Jean Claude Daniel, ancien Maire de Chaumont m’avait chargée, dans le cadre de mes fonctions d’ajointe au développement social, de réfléchir au mode d’organisation à donner au local jeunes ouvert pendant son premier mandat pour répondre à une demande pressente des jeunes.
Il m’était apparu, ce qui a été partagé par la majorité municipale, intéressant de substituer à un fonctionnement municipalisé de ce local un fonctionnement associatif qui permettrait aux jeunes d’être acteurs du fonctionnement de ce lieu.
C’est ainsi qu’il a été décidé de confier la gestion de ce local à la MJC, Association d’Education Populaire, reconnue dans ses engagements, pour permettre à chacun et surtout à ceux qui en sont les plus éloignés, d’exercer un réel droit à l’accès à la culture.
C’est donc dans ce cadre, qu’une convention avait été passée entre la Ville et la MJC. Après des difficultés de démarrage inhérentes à tout projet, je crois pouvoir dire que l’objectif a été atteint, que le local jeunes est devenu, comme dans un autre registre le «point commun» installé dans le même quartier ou la «cyber base», un lieu de référence et d’identité pour les habitants de ce quartier. Il serait dommage que tout soit anéanti.
En second lieu, la MJC participe, sur la Ville de Chaumont et son bassin, à une démarche d’éducation «Tout au long de la vie» au travers de toutes les activités qu’elles propose et notamment celles soutenues par le Conseil régional, tel le cinéma d’art et d’essais, l‘action «des lycéens au cinéma» et les «Rendez-vous du cinéma français» qui constituent un temps fort de la saison culturelle sur Chaumont.
Enfin, dans une société qui ne peut qu’aspirer à l’émancipation de ses membres, la démarche d’accès à la connaissance des autres et du monde, par la culture, m’apparait essentielle, car je reste persuadée que l’accès à la culture est un des éléments indispensables à l’exercice réel de la pensée et donc de la liberté.
Si les relations entre une collectivité, quel quelle soit, et les associations sont toujours difficiles à élaborer et à cadrer juridiquement puisqu’il s’agit de mettre en œuvre des fonds publics, ma position en ce qui concerne les associations culturelles consiste à penser que dans ce domaine plus que dans un autre, elles doivent jouir d’une certaine liberté d’action indépendante de l’obligation de rendre compte de l’utilisation de fonds publics, liberté essentielle si l’on ne souhaite pas qu’elles puissent être «instrumentaliser» au seul bénéfice d’une politique institutionnelle aussi légitime soit-elle.
C’est pour toutes ces raisons que je me permets, dans le respect des choix démocratiques faits par les chaumontais, et du programme politique dont ils vous ont confié la mise en œuvre, de vous faire part de mon attachement à la pérennité d’une structure, telle que la MJC de Chaumont.»

L' affranchi
Vendredi 16 Janvier 2009
Lu 1136 fois
Notez

Nouveau commentaire :