Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Quand Luc Chatel parle de l’Europe aux enfants

En tant que membre du gouvernement, Luc Chatel s’est rendu à l’école La Fayette pour parler de l’Europe.



Luc Chatel a rappelé aux enfants que «si on a fait l’Europe, à partir du début des années 1950, c’est d’abord pour qu’il n’y ait plus de guerre». 
Luc Chatel a rappelé aux enfants que «si on a fait l’Europe, à partir du début des années 1950, c’est d’abord pour qu’il n’y ait plus de guerre». 
C’est en tant que membre du gouvernement, dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne et de la journée de l’Europe à l’école, que Luc Chatel s’est rendu lundi matin à l’école élémentaire La Fayette pour parler de l’Europe, en présence du recteur et de l’inspecteur d’académie. Les élèves des classes de CM1-CM2 et CM2 de Blaise Antoine et Agnès Mouton ont d’abord chanté l’hymne européen. Puis ils ont bombardé le ministre de questions, sans parfois écouter ses réponses… Ils ont aussi réussi à le «coller» à deux reprises en lui demandant qui avait été le premier président de l’Europe et combien d’îles comptait l’Union européenne.
Comme quoi, même un porte-parole du gouvernement n’a pas toujours réponse à tout.
Luc Chatel a insisté sur une chose dont des enfants français de 9 ou 10 ans n’ont pas toujours conscience : «Si on a fait l’Europe, à partir du début des années 1950, c’est d’abord pour qu’il n’y ait plus de guerre. En l’espace de 70 ans, la France et l’Allemagne ont été en guerre à trois reprises. Et c’est l’amitié franco-allemande, symbolisée par la rencontre de De Gaulle et Adenauer, il y a 50 ans, à Colombey-les-Deux-Eglises, qui a permis de faire avancer l’Europe».

«C’est très concret, l’Europe...»

«C’est très concret, l’Europe», s’est plu à souligner le ministre. «Il y a sans doute parmi vous des enfants dont les parents sont paysans. Eh bien, vos parents touchent des aides européennes. Ici, en Haute-Marne, l’Union européenne a financé des réalisations importantes, comme la rénovation du marché couvert de Chaumont…»
Luc Chatel s’est aussi attardé sur la création de la monnaie unique. Et il a imaginé que l’on puisse, à l’avenir, aller plus loin en créant, par exemple, une armée européenne.
Au sujet de la Turquie, le ministre n’a pas hésité à faire un peu de politique : «Si on s’étend trop, ça va être difficile de travailler ensemble. L’Europe, c’est d’abord un continent. Et la Turquie, mise à part une partie d’Istanbul, fait partie de l’Asie Mineure. C’est pareil pour la Russie et l’Ukraine».
Luc Chatel a aussi critiqué le principe de la présidence tournante de l’Europe, tous les six mois, soulignant que le Traité de Lisbonne (cher à Nicolas Sarkozy) devrait permettre de changer les choses en prévoyant un président élu pour deux ans et demi.
En attendant, en tant que secrétaire d’Etat à l’industrie, il devait lui-même présider, ce jeudi 25 septembre à Bruxelles, le «Conseil Compétitivité», c’est-à-dire la réunion des 27 ministres concernés par les questions liées au marché intérieur, à l’industrie et à la recherche.



Dur, dur d’être un maire-ministre !
Dans le cadre de «La Journée de l’Europe à l’école», Luc Chatel avait prévu de se rendre à l’école élémentaire La Fayette le vendredi 19 septembre. Mais deux jours avant, le président de la République l’a convoqué ce jour-là à différentes réunions. Le maire-ministre a donc reporté sa visite à La Fayette au lundi matin (lire ci-contre). Et après avoir fait jeudi après-midi le trajet Paris-Chaumont pour parler au personnel municipal sous le marché couvert, il a dû rejoindre la capitale quelques heures plus tard. 
D’après le Canard enchaîné, Luc Chatel a fait partie, vendredi, des ministres qui se sont fait engueuler à deux reprises par un Nicolas Sarkozy passablement énervé par les communications contradictoires sur les bonus-malus écologiques et autres couacs gouvernementaux. 
Après cette journée mémorable, Luc Chatel est revenu à Chaumont pour baptiser, samedi matin, différents lieux sportifs. Puis il est retourné sur Paris pour passer son dimanche en famille. Puis il s’est de nouveau rendu à Chaumont lundi matin pour réunir le bureau municipal et parler de l’Europe à l’école. Puis il est remonté sur Paris lundi midi... A force de faire tant de kilomètres en voiture, il va finir par avoir un malus écologique !

Mieux vaut tard…
Annonçant l’autre jour, lors de la réunion du personnel municipal, que la réalisation du «centre commercial» à La Vendue allait «prendre du temps», parce qu’il y a «d’énormes études» à faire, Luc Chatel a commenté : «Je découvre les lenteurs de l’administration…»
Pour quelqu’un qui fait de la politique depuis son plus jeune âge, qui est entré au conseil municipal de Chaumont dès 1997, avant de devenir 1er vice-président de Région, député, secrétaire d’Etat puis porte-parole du gouvernement, voilà une «découverte» quand même bien tardive !

Il a déjà quelques idées
«Quand je vois la queue en début d’après-midi devant la porte fermée de l’état civil, je me dis qu’il va falloir réfléchir aux horaires d’ouverture», a souligné Luc Chatel lors de la réunion du 19 septembre. «Lorsque je vois les grilles de la mairie fermées quand je travaille à mon bureau, je me dis aussi que la «maison commune» pourrait donner une meilleure image. Par ailleurs, pourquoi n’envisagerait-on pas que les parents puissent inscrire leurs enfants à l’école ou à la cantine par internet ?» Manifestement, avant même le démarrage de l’audit organisationnel, le maire a déjà quelques idées pour améliorer le fonctionnement des services de la ville.

Bienvenue chez les Ch’tais !
L’Office de tourisme de Chaumont fait peau neuve. Sa rénovation, tant intérieure qu’extérieure, n’est pas du luxe quand on apprend de la bouche de la nouvelle présidente, Céline Vancraeyneste, que certains présentoirs dataient d’il y a 45 ans… Mais cette rénovation n’est pas seulement physique. Elle est aussi virtuelle : dans quelques jours, l’OTSI va enfin disposer d’un site internet digne de ce nom.
Après ça, les touristes n’auront plus d’excuses pour ne pas venir…

Christophe Poirson
Samedi 27 Septembre 2008
Lu 357 fois
Notez

Nouveau commentaire :