Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Prost- Bouguéliane : Les parties divergent

Retour sur l’affaire Prost- Bouguéliane dans le Petit journal de la semaine.



VENDREDI. La Croix de la Haute-Marne publie des détails sur l’affaire Prost - Bouguéliane. Notre confrère précise que le journaliste du JHM admet avoir «saisi par le col de son manteau» le président de l’Atelier d’Images pour réagir à ses insultes. Et Thomas Bouguéliane confie à l’hebdo catholique : Michel Prost «s’est alors retourné, m’a saisi les parties génitales et les a tordues». Le journaliste dit s’être ensuite rendu aux urgences, où «il a été mis sous perfusion pour la douleur». Et le lendemain, il a été examiné par un médecin qui lui a délivré 5 jours d’interruption temporaire de travail. 
Le hic, c’est que Michel Prost maintient qu’il ne l’a pas touché. Et qu’il ne pouvait pas le faire parce qu’il lui tournait le dos et qu’il avait les bras chargés de documents quand le journaliste s’en est pris à lui physiquement. 
Reste également un mystère non élucidé par La Croix : des témoins ont vu le journaliste prendre le temps de téléphoner dans le couloir après avoir eu les parties tordues. Et revenir, comme si de rien n’était, dans la salle quelques minutes plus tard, quand l’assemblée générale avait déjà démarré, pour réitérer sa demande d’assister aux débats. Tout cela avant de se rendre précipitamment aux urgences puis, dès le lendemain, au pot de départ en retraite du procureur de la République. 
Thomas Bouguéliane et Michel Prost ayant décidé tous les deux de porter plainte au commissariat, le premier pour «violences et atteintes à la liberté de la presse», le second pour coups et blessures et diffamation, L’affranchi souhaite bien du plaisir aux enquêteurs qui vont devoir faire la lumière entre les parties. 

LUNDI. Transfert du marché de Noël de la place des Halles vers la place de l’hôtel de ville. 
Si la municipalité avait décidé à l’origine d’installer les chalets derrière le marché couvert, c’est parce qu’il y avait selon elle des problèmes d’esthétique, de sécurité et de capacité d’accueil devant la mairie. Lesquels sont censés toujours exister... Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Constatant que le marché de Noël ne fonctionnait pas du tout sur la place des Halles (ce que L’affranchi et la plupart des commerçants concernés avaient prédit), la ville a su faire preuve de réactivité. 
Mais dans cette histoire, il y aura quand même eu du temps, de l’énergie et de l’argent de perdu. 
Une consolation toutefois : malgré la libération du stationnement sur la place des Halles, le parking Tréfousse reste gratuit...

LUNDI. C’est la troisième fois depuis les élections municipales que l’association du festival de l’affiche tient une assemblée générale. Et c’est la troisième fois que le maire brille par son absence. 
Vincent Galantier annonce toutefois que Luc Chatel devrait être présent lors de la prochaine réunion qui se déroulera fin janvier. Et qu’il aura ainsi l’occasion de «réaffirmer l’engagement de la municipalité» en faveur du graphisme. 
Pourquoi ? Il y en a qui en doutent ?

MERCREDI. Dans un article intitulé «Chatel qu’il s’affiche» publié en page 5, le Canard enchaîné s’étonne à son tour que le ministre-maire de Chaumont puisse demander à tous les graphistes ayant participé au festival de l’affiche de signer avec lui un contrat dans lequel ils abandonnent la totalité de leurs droits d’auteurs et lui laissent carte blanche pour faire ce qu’il veut de leurs oeuvres.  

JEUDI. Représailles, représailles : après les sérieuses critiques émises par Thierry Simon lors de la dernière assemblée générale de l’association du festival de l’affiche (lire en pages 10 et 11), on apprend que le président Vincent Galantier a l’intention d’imposer dorénavant aux représentants de la municipalité -dont fait partie Thierry Simon- une discipline de groupe. On est impatients de voir comment le principal intéressé va réagir... 

L' affranchi
Vendredi 19 Décembre 2008
Lu 552 fois
Notez

Nouveau commentaire :