Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Premier Mai : record battu mais syndicats déçus

Avec plus de 600 manifestants, le Premier Mai a été vendredi dernier l’un des plus mobilisateurs qu’on n’ait connu à Chaumont. Toutefois d’aucuns espéraient faire aussi bien que le 19 mars.



Premier Mai : record battu mais syndicats déçus
Si on excepte le Premier Mai 2002, à l’occasion duquel 1 500 personnes de gauche et de droite avaient manifesté pour faire barrage au Front National, les rassemblements de la fête du travail font rarement masse. D’ordinaire, il faut plutôt s’attendre à suivre un de ces meetings qui attirent à peine plus de 50 militants au marché couvert.
Ce n’est pas ce jour-là que s’expriment généralement les grands mécontentements populaires. Surtout quand la date tombe à proximité d’un week-end. Beaucoup de Chaumontais sont partis et le reste a souvent la tête ailleurs...
A la lueur de ces explications, on peut dire que la manifestation de vendredi dernier a été une réussite. Plus de 600 personnes ont participé au défilé qui les a amenées de la place de l’hôtel de ville à la préfecture, en passant par les boulevards.
Ça avait une certaine allure.
Pourtant, beaucoup de syndicalistes se sont déclarés déçus. Ils espéraient poursuivre sur la lancée des deux précédentes manifestations (29 janvier et 19 mars) qui avaient réuni à chaque fois plus de 2 000 personnes

Pique-nique et chansons au square du Boulingrin
Pique-nique et chansons au square du Boulingrin
En fait, le seul enseignement qu’on puisse tirer du Premier Mai, c’est que la mobilisation se maintien à un niveau inhabituel. Mais il faudra attendre la prochaine vraie manifestation (le 26 mai) pour savoir si le mouvement s’essouffle ou non. Encore que... considérant que les défilés en ville n’ont pas beaucoup d’effet sur nos dirigeants, certains syndicats commencent à suggérer d’autres formes d’action.
En attendant, le jour du Premier Mai les syndicats ont eu la bonne surprise de rencontrer Luc Chatel. Et comme l’entretien ne pouvait pas durer bien longtemps, le maire-ministre leur a proposé de les revoir plus longuement dans deux semaines.
Il avait peut-être à se faire pardonner le traitement qui leur avait été réservé lors de la visite de François Fillon..


Lionel Thomassin
Jeudi 7 Mai 2009
Lu 7777 fois
Notez

Nouveau commentaire :