Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Pompier pyromane : La réponse de Groslambert

Le 1er adjoint répond à Patrick Lefèvre qui s’interrogeait la semaine dernière sur la position ambiguë de Luc Chatel concernant les services publics et l’aménagement du territoire.



Patrick Lefèvre, l’ancien adjoint aux sports de la ville de Chaumont, nous a envoyé la semaine dernière un texte sur la position ambiguë de Luc Chatel concernant les services publics et l’aménagement du territoire. Gérard Groslambert, premier adjoint au maire de Chaumont, ayant en charge les sports, répond cette semaine en regardant par l’autre bout de la lorgnette :
«Les services publics quittent Chaumont parce ce que le gouvernement prend des décisions néfastes en matière d’aménagement du territoire, écrit Patrick Lefèvre. Ne pourrait-on pas penser que ces services publics, comme d’ailleurs certains services privés, quittent notre ville parce qu’elle ne possède pas l’attrait nécessaire pour retenir suffisamment d’habitants et ainsi justifier la présence d’un certain nombre d’établissements ?
«Bien sûr, on peut certainement imaginer une ville dont tous les habitants seraient employés dans les services publics. Les postiers, les agents hospitaliers et les fonctionnaires de la DDE et de la DDA auraient assez d’enfants pour remplir les écoles et maintenir les postes d’enseignants… L’ensemble vivant de subventions venues de régions plus riches prêtes à nous assister.
«On peut aussi penser que la présence de services publics irait de soi dans une ville où existerait une activité économique dynamique, où les habitants pourraient trouver les commerces dont ils ont envie, les loisirs qu’ils souhaitent…
«Prenons l’exemple de l’hôpital : l’évolution des pratiques médicales fait qu’un établissement qui ne réalise pas un nombre suffisant d’actes n’est pas viable. Or, qu’en est-il de celui de Chaumont ? Les médecins ne veulent pas y venir car la ville ne leur plaît pas et les Chaumontais qui le peuvent s’empressent d’aller se faire soigner ailleurs car ils n’ont pas confiance dans les services offerts sur place. Doit-on faire venir des praticiens par décret et interdire aux malades de se rendre dans les grandes villes voisines ou doit-on maintenir artificiellement un établissement qui n’attire ni les médecins ni les patients ? Non, ce qu’il nous faut, c’est un hôpital attractif dans une ville attractive.
«Alors, peut-être qu’au lieu de penser que tous nos malheurs actuels et à venir viennent de Paris, Patrick Lefèvre pourrait se demander pourquoi, pendant les treize ans où l’équipe dont il faisait partie dirigeait la ville, celle-ci a perdu tant d’habitants, pourquoi l’activité économique s’est si peu développée, pourquoi de nombreux citadins se sont précipités dans les villages environnants pour fuir la pression fiscale.
«C’est cette tendance qu’il faut absolument inverser et c’est le but que se sont fixé Luc Chatel et son équipe. Ce n’est qu’en redonnant de l’attractivité à Chaumont que l’on pourra espérer pérenniser nos services publics. Bien sûr, cela ne peut s’envisager que sur le long terme. Et en attendant, si comme le dit lui-même Patrick Lefèvre, «Luc Chatel est le mieux placé pour résister à cette évaporation vers l’extérieur», tant mieux. Cela permettra de disposer d’un peu de temps pour réaliser le nécessaire et difficile travail de fond, celui-là même qui a été négligé pendant tant d’années.
«Alors, si notre ancien adjoint aux sports voit Luc Chatel éteindre les incendies, je le verrais plutôt en train d’écoper tout en essayant de réparer la coque d’un beau navire appelé Ville de Chaumont, une embarcation dont l’équipage précédent aurait quelque peu délaissé l’entretien et qui tendrait à prendre l’eau, un peu comme les toitures de certains de nos gymnases».

NDLR. Voilà vraiment deux sensibilités qui s’affrontent. Ce débat, qui concerne très directement Chaumont, méritera certainement des prolongements. En espérant que d’autres voudront y apporter leur contribution. Il ne faudrait quand même pas laisser penser que seuls les sportifs savent défendre des idées.

L' affranchi
Samedi 27 Septembre 2008
Lu 923 fois
Notez

Nouveau commentaire :