Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Philippe Galley débarqué du Mémorial de Colombey

Un peu plus de deux mois avant l’ouverture –théorique- du Mémorial de Colombey, le chef de projet ne fait plus partie des effectifs du Conseil général.



Philippe Galley débarqué du Mémorial de Colombey
Philippe Galley a été rayé des effectifs du Conseil général. Et, pour la petite histoire, c’est L’affranchi qui le lui a appris…
Fils de l’ancien ministre Robert Galley et petit-fils du Maréchal Leclerc, ce membre de la Fondation Charles-de-Gaulle avait été embauché par Bruno Sido en décembre 2005 comme chef de projet. Il faut dire que Philippe Galley a travaillé sur ce projet depuis fin 1999, bien avant que le Département ne le reprenne à son compte. «J’ai monté ce projet de A à Z», résume-t-il. «Je me suis occupé du financement et de la structure juridique, j’ai présidé le jury de concours, j’ai obtenu les fonds européens, j’ai préparé la demande de permis de construire… Le Conseil général a ensuite récupéré le projet. Mon boulot, c’était de faire le musée. Je ne serais pas resté après l’ouverture. Je n’ai de toutes façons jamais eu de proposition allant en ce sens. Mais je trouve quand même bizarre qu’on me raye des effectifs –sans m’informer- deux mois avant l’ouverture…»

Une nouvelle rallonge d’un million d’euros

S’il n’apprécie pas la manière employée, Philippe Galley refuse toutefois de polémiquer avec Bruno Sido. On devine qu’il y avait au moins un problème de communication entre les deux hommes, mais on n’en saura pas davantage. Car du côté du Conseil général, on ne donne pas non plus de détails. «Philippe Galley n’est plus là, mais il n’y a pas de souci», se contente de répondre Karl Terrolion, directeur de cabinet. «De toutes façons, le bébé est quasiment prêt à être livré».
Au cours de sa session des 3 et 4 avril, le Conseil général devait toutefois voter une nouvelle rallonge d’un million d’euros suite aux avenants de travaux du bâtiment (170 000 euros), de scénographie (110 000 euros), de maîtrise d’œuvre (100 000 euros) et d’actualisation des prix (620 000 euros). Ce qui porte désormais le montant total de l’opération à 21,1 millions d’euros TTC.
Même si le Département doit récupérer la TVA, soit plus de 3 millions d’euros, on arrive tout de même à un investissement qui n’a plus rien à voir avec le montant initialement prévu (de l’ordre de 13 millions d’euros au tout début).

Pas de retard dans les travaux, mais dans l’exploitation et la communication

Reste aussi à s’assurer que l’ouverture du Mémorial pourra bien avoir lieu le 18 juin. «On n’a pas de retard pour l’instant, mais on n’est pas à l’abri d’un problème», déclare de façon un peu mystérieuse Karl Terrolion. «Aucune décision n’a été prise, mais on n’exclut pas la possibilité d’ouvrir un peu plus tard». Heureusement que l’inauguration officielle par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel a été programmée pour le mois de novembre…
Toujours est-il que même si le calendrier est serré, il n’y a effectivement pour le moment aucun retard dans les travaux. Là où le bât blesse, c’est plutôt du côté de l’exploitation. Aucune équipe n’a été mise en place. Et la communication –indispensable pour que les visiteurs soient au rendez-vous- n’a pas encore vraiment démarré...
Philippe Galley maintient malgré tout qu’il s’agit d’un «très beau projet». Et il ajoute même : «Je fais toujours partie de la Fondation. Et même si je ne suis plus payé par le Conseil général, je n’ai pas l’intention de laisser tout tomber comme ça. J’ai envie que ce musée se termine bien et que ce soit un succès».
Ce qui rend son éviction encore plus mystérieuse…

Christophe Poirson
Vendredi 4 Avril 2008
Lu 3465 fois
Notez

Nouveau commentaire :