Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Peut-on priver quelqu’un de RMI ?

Régulièrement, une commission départementale s’autorise à priver carrément de revenus des RMIstes qui n’ont pas respecté leurs engagements. Mais la sanction paraît souvent disproportionnée.



Le département de la Haute-Marne s’enorgueillit de savoir mieux que d’autres gérer la question du RMI. On y débusque les tricheurs et on fait mieux qu’ailleurs respecter les règles. Très bien. Mais si on va voir d’un peu plus près la vie des personnes concernées, on se demande si notre département ne pousse pas un peu trop loin le bouchon.
Auparavant, il est peut-être bon de remettre les choses en perspective.
Si le Revenu minimum d’insertion est né, c’est tout simplement parce qu’on s’est aperçu un jour que le plein emploi n’existerait plus et qu’une frange de la population resterait forcément inactive. On a simplement cherché le moyen de faire en sorte que ces personnes-là ne se retrouvent pas dans la rue.
C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai toujours refusé de donner une pièce à ceux qui, ayant plus de 25 ans, tendent la main dans la rue Victoire-de-la-Marne. En principe, quand on n’a pas de revenus, passé 25 ans, on peut toucher le RMI (soit aujourd’hui 447,91 euros pour une personne seule). Et on peut disposer d’un logement social sachant que la CAF versera au propriétaire l’essentiel du montant du loyer.
Sauf, que ce n’est plus toujours vrai à Chaumont. Nous avons déjà raconté comment Chaumont-Habitat se fait tirer l’oreille pour loger les plus pauvres. Si bien que certains bénéficiaires du RMI sont, par la force des choses, sans domicile fixe. Et puis on voit que même le RMI peut être retiré.
Conclusion : nos institutions peuvent conduire parfois les gens à l’endroit d’où elles sont censées les sortir.
On cherche la logique...

87,14 euros par mois pour élever un enfant !

Cette semaine, nous avons rencontré une jeune femme seule vivant avec un enfant à qui le RMI est suspendu depuis le 1er janvier. Motif : absence de démarches réelles actives et structurées, aucun effort continu pour mener à bien son projet. Elle se défend en disant qu’elle s’est adressée à des entreprises pour trouver du travail, mais que, celles-ci ne répondant pas par courrier, il lui est impossible de faire la preuve de sa bonne foi.
Il faut savoir en fait que chaque RMiste signe un contrat élaboré en fonction de ses capacités. Chacun doit s’engager à tout faire pour améliorer sa situation. Et seuls ceux qu’on juge capables de trouver un emploi sont tenus d’en chercher.
Dans beaucoup d’endroits en France, ces engagements restent théoriques. Mais en Haute-Marne, on sanctionne ceux qui ne s’y conforment pas.
Nous intéressant au sujet, nous avons eu connaissance cette semaine de deux autres personnes à qui le RMI avait été suspendu pour deux mois dans des conditions semblables. Toutes disent qu’elles ont été sanctionnées parce qu’elles n’ont pas répondu à un rendez-vous.
Du côté du Conseil général, qui gère la Solidarité départementale, on nous répond que c’est impossible. Plusieurs convocations et rappels à l’ordre sont envoyés aux personnes concernées avant qu’une commission (devant laquelle ils peuvent encore s’expliquer) ne décide de prendre des mesures. Et on affirme même que la sanction peut être levée à tout moment si le RMiste vient faire la preuve de sa bonne foi.
Les personnes que nous avons vues, affirment le contraire. Mais admettons encore qu’elles aient tort...

Et si on supprimait les revenus de tous ceux qui ne tiennent pas leur engagements ?

Comme on peut le voir sur le document, ci-dessous, fourni par la CAF, l’administration peut se permettre de dire à une jeune femme qu’on lui laisse 87,14 euros pour élever son enfant. Rappelons au passage que l’allocation de logement est versée au propriétaire et qu’elle ne couvre pas tout le loyer. Pour le cas qui nous intéresse ici, il lui reste encore 50 euros à donner... Et tout cela parce qu’on lui reproche de n’avoir pas tenu ses engagements !
Dans la plupart des cas, les RMistes sont des gens qui croulent déjà sous les dettes. Les mettre dans une telle situation les enfonce simplement un peu plus. On ne me fera pas croire que ça peut leur être salutaire.
Notre interlocutrice ajoute d’ailleurs : «Je n’ai plus désormais aucune possibilité de faire des démarches. Je ne peux plus appeler avec mon téléphone. Et quand je vois que, pour le prix d’un timbre, je peux avoir pratiquement un litre de lait, je n’hésite pas longtemps...».
Elle s’en sort tant bien que mal en faisant des dettes, en s’adressant aux associations caritatives et en sollicitant sa mère qui vit d’une petite retraite. Mais, lorsque le RMI finira par lui être redonné un jour, les services du département retrouveront une personne un peu plus cassée qu’avant.
Pour bien le faire comprendre, il me vient d’ailleurs une idée. Sachant que la commission est composée de fonctionnaires et d’élus, comment réagiraient-ils si chaque fois qu’ils n’ont pas tenu leurs engagements, malgré de nombreux rappels, on leur supprimait leur revenus durant deux mois ? J’en connais qui ne gagneraient pas grand chose !...

Lionel Thomassin
Vendredi 13 Mars 2009
Lu 1135 fois
Notez


1.Posté par rojat le 16/10/2009 23:58
me tel au 0174038362 matin car ma boite mail repond plus je percois le rmi 63 ans on ma suspendu rmi fevrier 2009 car je ne pouvais plus marcher hernie discale j avais envoyee un arret maladie au c general a temps ils me disent pas l avoir recu avant les gr vacances 2009 on m a mis la pression pour que je fasse ma demande de retraite et la renvoyer a la caf j je ne percevrais que 80 euros et qq de retraite sinon a 65 ans 300 euros et on m a fait faire ce papier en me disant que s il n etait pas fait demande retraite maintenant on me paierait pas le rmi a present j ai un suivi medical en dispensaire avec une soi disante infirmiere du c general qui me pose plus de questions sur ma vie privee que ma sante ma referente mairie m a fait signer le dernier contrat insertion et quand ce contrat m est revenu chez moi resigne par le c general la referente mairie avait rajoute suivi medical de droit commun a faire pendant 6 mois c etait le 18 juillet 2009 je n en peux plus merci de garder mon anonymat et de m appeler je peux envoyer des messages mais pas en recevoir ou alors envoyez chez m et mme caro au courriel yannick.caro@club-internet.fr

Nouveau commentaire :