Connectez-vous S'inscrire
Découvrez l'actualité et les informations locales sur l'affranchi de Chaumont
Recherche
Rechercher un article



Brèves

Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Parents d'élèves : «Ce gouvernement roule à contresens !»

Dominique Bellamy, qui a représenté la Haute-Marne au dernier congrès national de la fédération des parents d’élèves FCPE, dénonce les suppressions de postes et les «méthodes répressives» de la part du gouvernement.



Jean Jacques Hazan, président national de la FCPE (à gauche sur la photo), rend une visite aux représentants de Champagne Ardenne. Dominique Bellamy se situe à droite sur la photo.
Jean Jacques Hazan, président national de la FCPE (à gauche sur la photo), rend une visite aux représentants de Champagne Ardenne. Dominique Bellamy se situe à droite sur la photo.
Dominique Bellamy a représenté la Haute-Marne au congrès national de la Fédération de parents d’élèves FCPE qui s’est tenu à Saint-Etienne pendant le week-end de la Pentecôte. 
Dans un communiqué adressé à L’affranchi, il témoigne «de la vive émotion qui a secoué ce congrès devant des projets de réforme faits sans concertation, et qui voudraient mettre en place «l’école d’avant» au lieu de préparer l’école de demain. Et les représentants des parents de s’interroger : ce gouvernement aime-t-il nos enfants ? Il diminue les moyens : suppression de postes de surveillants, d’assistants de vie scolaire, d’enseignants, alors qu’il faudrait au contraire renforcer l’accompagnement et le soutien aux élèves qui en ont besoin. Au lieu de cela, on envisage des portiques et des agents de sécurité. Et la
fouille dans les cartables. Est-ce cela qu’attendent nos enfants, et nous parents croyons nous vraiment que ces méthodes répressives vont améliorer la situation?
Pour justifier ces méthodes d’une autre époque, les faits divers sont utilisés pour faire croire que la situation est détériorée alors que l’on sait que globalement la violence n’augmente pas, sauf dans quelques établissements. Alors pourquoi avoir réduit les postes de surveillants et d’assistants scolaires qui créaient du lien et favorisaient le dialogue ? Pourquoi ne pas donner plus de place et de moyens à la prévention et au lien social ?
Evaluer l’école, la FCPE y est favorable, mais déplore les conditions dans lesquelles les premières évaluations ont été faites, avec des critères inadaptés, pour faire constater que les objectifs n’ont pas été atteints?

Signal d’alarme

Les parents d’élèves FCPE ont pris ces premières mesures d’évaluation comme un moyen de plus de déstabiliser le corps enseignant de l’école publique. Une évaluation doit se faire en concertation et dans la sérénité.
Bref, le constat fait par les congressistes est un signal d’alarme : ce gouvernement roule à contresens ! Là où il faudrait davantage de moyens en personnel d’accompagnement et éducatif, on met des portiques et des agents de sécurité ; là où il faudrait renforcer les établissements les plus fragiles pour assurer la réussite pour tous, on cherche à mettre en concurrence les établissements, avec au bout du compte le risque bien réel d’une école pour les privilégiés – les bien notés – et une école pour les autres.»

Lionel Thomassin
Vendredi 5 Juin 2009
Lu 375 fois
Notez