Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Offre culturelle : Vous avez dit «désert» ?

Que l’on se réfère au palmarès des villes les plus artistiques ou aux nombreux spectacles qui vont être proposés en mars, Chaumont n’est décidément pas le désert culturel que certains aiment tant décrire.



Dans son numéro du mois de mars, le mensuel «Arts Magazine» publie «le palmarès des villes les plus artistiques», établi en fonction de critères tels que le nombre de musées (et leur fréquentation), de galeries, de monuments historiques et de grands événements culturels. Dans la catégorie des villes «entre 20 000 et 50 000 habitants», Chaumont est classée 54e sur 100, derrière des cités comme Auxerre (9e) et Châlons-en-Champagne (27e), mais devant celles de Saint-Dizier (74e) et d’Epernay (94e).
A première vue, le résultat n’est pas trop mauvais. Reste qu’avec un petit score de 5,25 points, la préfecture de la Haute-Marne a encore beaucoup de chemin à faire pour rattraper des villes comme Valenciennes (23 points), Compiègne (21) et Arras (17,85). Et l’on n’ose citer les scores des villes plus importantes : 25,10 points pour Reims, 52,75 pour Nancy et 58,60 pour Dijon…

Un vrai dynamisme

On retiendra toutefois que Chaumont n’est pas le désert culturel que certains esprits chagrins aiment tant décrire. En attendant la création d’un centre international des arts graphiques, susceptible de donner un véritable élan à la ville, en attendant aussi l’ouverture de cinémas dignes de ce nom, ce qui est proposé aux Chaumontais dans les jours et les semaines qui viennent suffit à démontrer un certain dynamisme en matière culturelle : un concert de blues avec deux «pointures» du genre (Fred Chapellier et Tom Principato) ce vendredi 27 février aux Silos ; une exposition de peinture consacrée à Gérard Bachelet, membre du salon Violet, à partir du 7 mars à la Chapelle des Jésuites ; un concert du reggaeman français Pierpoljak le 14 mars ; le célèbre rappeur et slameur Abd Al Malik le 21 mars à la salle des fêtes ; le Requiem de Mozart interprété par l’orchestre philarmonique de Moravie et le chœur et les solistes du Théâtre national de Prague (50 artistes sur scène) le 25 mars à l’église du Cavalier ; le chanteur Arthur H en concert le 8 avril à la salle des fêtes… Et l’on pourrait encore citer des concerts de jazz les 12 et 28 mars à l’auditorium Bouchardon, une création théâtrale, «Modeste contribution» par Jean-Marie Lejude, les 10 et 11 mars au Nouveau Relax, le salon des écrivains de Haute-Marne du 20 au 22 mars... cette liste n’étant pas exhaustive. On ne parle pas non plus du niveau de pratiques culturelles, également relativement élevé à Chaumont grâce au tissu associatif et aux divers équipements (médiathèque, théâtre, conservatoire municipal). 

Des signes inquiétants

Bien sûr, on peut se dire que la période qui arrive est un peu particulière et qu’il y a moyen de mieux faire tout au long de l’année. Mais il serait dommage, pour la qualité de vie à Chaumont, de vouloir en faire moins. Or, il y a aujourd’hui plusieurs signes inquiétants. Comme la situation dans laquelle se trouve la MJC. Comme le climat de défiance qui est en train de s’installer entre la ville et une partie du monde des graphistes. Comme aussi le fait qu’un cabinet spécialisé chargé de pondre un «audit organisationnel» de la ville mette bien en évidence le nombre élevé d’employés municipaux dans le secteur culturel…

Christophe Poirson
Samedi 28 Février 2009
Lu 609 fois
Notez

Nouveau commentaire :