Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Libre expression : La police en prend pour son grade

Cette semaine, nos lecteurs ont quelques reproches à faire à la police.



La double peine du jogger militaire

Militaire à Mourmelon le Grand, domicilié à chaumont, Stéphane Semon a envoyé sur le site laffranchi.fr le récit d’une mésaventure qu’il a connue auprès du commissaire de police de Chaumont.
Son histoire commence ainsi :
«Le dimanche 30 novembre vers 11 h 30, effectuant mon habituel footing dans les rues de notre magnifique ville, je descends la route de Langres vers le centre-ville. Je cours toujours sur le bas coté de la chaussée de peur de me blesser au genou qui a déja été fortement traumatisé suite à des opérations.
«Une voiture se hisse à ma hauteur. Le conducteur me fait signe du bras de me pousser sur le trottoir, ce que je refuse sur le moment en disant à la personne "qu'est ce que ca peut vous faire" car pour moi je ne gêne pas la circulation.
«La personne met son beau gyrophare en route. Eh oui c'est le commissaire de police de Chaumont dans sa belle 407 ! Et là tout bascule...».
M. Semon nous explique alors que le commissaire lui demande pour qui il se prend de lui parler comme ça. Il se renseigne sur ses coordonnées et, face à ses protestations, le menace de poursuites.
Nous passons sur quelques détails pour retrouver cette suite du récit :
«Le commissaire appelle une patrouille pour me faire embarquer au commissariat afin d’être entendu par l'officier de police judiciaire.
«La patrouille arrive tout feu pétant... un truc de fou... Je me retrouve en collant de sport et t-shirt avec des mouchoirs en papiers entre 3 policiers. Ils me fouillent comme un délinquant et ils m'emmènent au commissariat de police.
«Une fois arrivé là-bas, c'est le commissaire qui me reçoit. Il m'établit un proces verbal pour faute au code de la route (obligation d'emprunter les trottoirs pour les piétons). Ce que je ne conteste pas. Il me dit que par rapport à son humeur du matin il verra si il donne une suite à cette affaire».
M. Semon conclut alors :
«Aujourd'hui je peux vous dire que oui.
«Pour finir, je trouve ça hallucinant. Je ne demande rien à personne. Je cours tous les jours parce que c'est ma passion. Je n’ai jamais eu aucun problème avec la justice. Futur papa dans quelques jours, je me retrouve au poste de police parce qu’un commissaire passant par là n’avait rien de mieux à faire de son dimanche.
«J'en viens à être obligé de faire un compte rendu à mon chef de corps pour expliquer les faits et je vais surement avoir des ennuis.
«Quelle tristesse !»


Réservé aux handicapés

Libre expression : La police en prend pour son grade
Décidément, nos lecteurs ont quelques reproches à faire à la police cette semaine. La photo ci-dessus nous a été envoyée par un Chaumontais qui s’est indigné de l’utilisation par les véhicules de police d’un petit parking destiné aux handicapés.
On est ici à l’intérieur de l’hôpital, près de l’entrée principale, du côté des urgences. Les trois places de stationnement installées là sont peintes en bleu et annoncées par deux panneaux rappelant leur destination spécifique.
On ne peut pas s’y tromper...
L’auteur de l’image nous a affirmé que, ce jour-là, les deux véhicules de police étaient restés sur les places réservées aux handicapés durant plus d’une heure

L' affranchi
Vendredi 19 Décembre 2008
Lu 499 fois
Notez

Nouveau commentaire :