Rechercher un article



Abonnez-vous !

Abonnez-vous à L'affranchi
pour 6 mois : 35 euros.
Pour 1 an : 64 euros.
Envoyez le règlement en précisant bien votre nom et votre adresse à L'affranchi 44 bis avenue de la République 52000 CHAUMONT

Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Les nouvelles aventures de Mouts

Alors qu’il s’apprête à repartir pour de nouvelles aventures avec «Nus et culottés», Guillaume Mouton alias Mouts lance avec ses amis une chaîne Youtube et un magazine papier trimestriel «Vivant». 



En pleine crise sanitaire, le Haut-Marnais Guillaume Mouton, alias Mouts, repart pour de nouvelles aventures avec «Nus et culottés», la fameuse série documentaire diffusée sur France 5 dans laquelle avec son ami Nans il part d’un endroit tout nu et sans un sou et doit relever un défi qu’ils se sont fixés (construire un jacuzzi en vallée d’Ossau ou rejoindre la Norvège en stop pour prendre un bain de minuit dans un fjord, sous la pleine lune…).
En cette période où l’on doit vivre masqué, ne plus s’embrasser ou se serrer la main et respecter une distanciation physique, un programme qui met en avant les liens humains a d’autant plus de sens, considère cet amoureux de l’aventure et du vagabondage. «Dans moins de deux semaines, on part en tournage en France, je ne sais pas encore où», se réjouit-il. «Mais l’aventure continue. Quatre nouveaux épisodes seront diffusés l’été prochain».
Autre nouvelle : dans la continuité de «Nus et culottés», le lancement d’une chaîne Youtube. «Le confinement, surtout le deuxième, est une horreur pour plein de gens qui souffrent énormément de solitude», commente Mouts. «On a eu envie de les accompagner davantage avec un ou deux vidéos par semaine qui leur proposent des trucs et astuces, des réflexions».
Pour «ré-ensauvager nos vies»
Une de ces vidéos traite, par exemple, le thème de l’allègement : il s’agit de trouver 10 objets dont on pourrait se séparer parce qu’ils nous alourdissent. Une autre suggère d’utiliser le miroir des uns et des autres pour se trouver trois qualités et trois défauts. «On se met à nu, on se découvre», commente Mouts. «On peut avoir de belles surprises. Et ça fait progresser les relations».
Quinze jours après son lancement, cette chaîne Youtube intitulée «Nus et culottés» comptait déjà 12 000 abonnés. «Et il y a des commentaires de gens hyper-intéressants».
Toujours avec Nans, mais aussi Kim Pasche, un ami trappeur, «archéologue expérimental» et créateur de stages de vie sauvage, il lance un magazine papier trimestriel intitulé «Vivant». L’idée, c’est de «ré-ensauvager nos vie», avec «la philosophie du regard du vagabond», de partager des expériences. «Quand on est sur la route, il faut qu’on trouve un hébergement et qu’on soit capable de tisser des liens avec le monde face à nous», explique Mouts. «Mais là où on pensait qu’il y a un mur, des portes peuvent s’ouvrir. Et on se rend compte qu’on est les architectes de ces murs avec nos a priori et nos croyances». 
13 personnes qui travaillent sur le projet
Nans et Mouts vont aussi partir sur la route exprès pour ce magazine. «Il y aura aussi des tutos pour apprendre, par exemple, à allumer un feu en frottant des bouts de bois», annonce Mouts. «Des fiches sur des plantes sauvages qu’on ne connait pas. On va organiser des rencontres, avec un médiateur, entre des personnes qui ont un point de vue diamétralement opposé, par exemple entre des pro-loups et des éleveurs de brebis farouchement contre. Non pas pour que l’un essaie de convaincre l’autre, mais pour qu’ils s’écoutent et peut-être se laissent surprendre».
Il y aura aussi des «portraits inspirants» et des témoignages de lecteurs, parce que le magazine se veut participatif. 
Pas moins de 13 personnes travaillent sur ce projet. «C’est une grosse aventure», insiste Mouts. «Il y aura 120 pages à chaque numéro». 
Un appel aux Haut-Marnais
Pour des raisons économiques et environnementales, ce magazine ne sera pas vendu en kiosque, mais uniquement sur abonnement. Cela permettra de tirer au plus juste et d’éviter de se retrouver avec des invendus destinés à la poubelle. Le prix a été fixé à 19,50 euros l’unité et à 16,50 euros en cas d’abonnement pour une année (4 numéros, payés à chaque parution). 
Pour que ce soit viable économiquement au moins sur un an, il faut qu’il y ait 5 000 abonnés. «Le premier numéro doit paraître en janvier 2021», précise Mouts. «On a déjà 57% d’abonnements. Je suis assez confiant. Mais pour que ce magazine existe, il faut que les gens souscrivent» (avant le 5 décembre). Mouts, qui habite aujourd’hui à Langres, lance donc un appel aux Haut-Marnais. Les personnes intéressées trouveront le lien nécessaire sur sa page facebook, sur celle de Nans et de «Nus et culottés», ainsi que sur la chaîne Youtube. 
C.P. 

Christophe Poirson
Jeudi 3 Décembre 2020
Lu 395 fois
Notez

Dans la même rubrique :