Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Les médecins de garde face à un préfet intraitable

Les médecins généralistes de Chaumont et Nogent sont unanimes pour dénoncer la création d’une zone de garde unique regroupant les deux anciens secteurs. Mais le préfet refuse de revoir sa copie.



Sur la carte de la Haute-Marne, les Drs Thévenot et Doyon pointent du doigt deux localités très éloignées à l’intérieur du nouveau secteur Chaumont-Biesles-Nogent
Sur la carte de la Haute-Marne, les Drs Thévenot et Doyon pointent du doigt deux localités très éloignées à l’intérieur du nouveau secteur Chaumont-Biesles-Nogent
Après accord avec les médecins, la ministre de la santé Roselyne Bachelot a prévu une diminution du nombre de secteurs de garde des médecins généralistes. Ceux-ci doivent passer en France de 2 500 environ à 2 000. Le système intéresse surtout les médecins ruraux qui, en se regroupant, diminuent leurs temps d’astreinte. Il intéresse forcément l’Etat aussi qui, à budget constant, parvient à élargir la formule sur tout le territoire. Rappelons que, en gros, les gardes de médecins sont assurées tous les soirs jusqu’à minuit, ainsi que les samedis après-midi et les dimanches (ou jours fériés) entiers.
Toujours est-il que, dans le pays, les regroupements vont faire perdre en moyenne 1 secteur sur 5.
En Haute-Marne, l’Etat a imposé une réduction de 16 secteurs à 10 (soit la suppression de plus de 1 sur 3), dans un premier temps. Puis il a prévu un passage à 5 secteurs seulement en 2011.

Tous les médecins de Chaumont-Biesles-Nogent sont contre

La définition des premiers secteurs a été établie en concertation avec les médecins. Les discussions ont été âpres dans la mesure où le représentant de l’Etat n’a jamais voulu revenir sur le chiffre de 10. Mais tout le monde a fini par s’accorder sur les limites de ces dix secteurs.
L’affranchi en a publié la carte, avec un commentaire dans son N° 773, du 27 février dernier.
Le seul problème, c’est qu’on a créé un secteur Chaumont-Nogent, alors qu’aucun médecin concerné n’a assisté à la réunion du Comité départemental qui a mis le système en place. Le représentant de Chaumont était absent et Nogent n’y était pas invité.
Or, rassemblés peu de temps après, la trentaine de médecins de Chaumont-Biesles-Nogent a condamné d’une seule voix ce rapprochement en l’état. Dans le compte-rendu de leur réunion, on peut lire : «Nous regrettons tous le diktat imposé par Monsieur le Préfet, “en urgence”, sans concertation avec les médecins des deux secteurs concernés, et sans tenir compte des spécificités de terrain».

Le médecin ne pourra plus se déplacer

Pour bien comprendre le problème, il faut savoir que jusqu’ici le médecin de garde demandait aux patients de venir, dans la mesure du possible, à son cabinet. Il lui arrivait cependant de se rendre au chevet de malades ne pouvant se déplacer.
Or, le secteur s’agrandissant, il va devoir refuser de bouger. On n’imagine guère un médecin aller voir un patient à plus d’une demie heure de son cabinet, sachant que, si on a besoin de lui à l’autre bout du secteur, il va passer sa garde dans sa voiture plutôt qu’auprès des patients.
Ça pose un vrai problème pour la maison de retraite de Nogent par exemple. Lorsqu’une personne âgée devra voir un médecin de garde (et ça arrive souvent) il faudra carrément la déplacer chaque fois que le praticien sera chaumontais. On fera appel à une ambulance. Et puis, si finalement il n’y a pas lieu de l’hospitaliser, le voyage de retour ne sera pas pris en charge par la sécurité sociale...
On imagine les dégâts...
A l’inverse, lorsque le médecin de garde sera nogentais, combien de Chaumontais se rendront à son cabinet ? Il y a fort à parier que les malades préféreront se rendre directement aux urgences de l’hôpital.

Les solutions que le préfet n’entend pas

Samedi matin, deux membres du Conseil de l’Ordre, les Drs Jean Thévenot et Antoine Doyon, qui font également partie de l’association des médecins de Chaumont, ont donné une conférence de presse pour expliquer les incohérences du projet.
Ils ont expliqué que, se regroupant en association unique, les médecins avaient mis en place une garde double (à Chaumont et à Nogent en même temps). Mais le préfet leur a fait savoir qu’ils devraient alors renoncer aux défraiements et aux tarifs habituellement attachés aux gardes.
Ils ont proposé ensuite d’anticiper les mesures de 2011. A savoir : créer, pour un secteur encore plus grand, une maison médicalisée à Chaumont (à l’hôpital probablement) à laquelle seront affectés deux médecins. Un sur place et l’autre en itinérant. L’idée a encore été rejetée... à moins bien sûr que les médecins s’occupent de tout et que ça ne coûte rien à l’Etat...
La logique aurait voulu en fait que, en attendant la mesure définitive de 2011, on laisse Chaumont et Nogent dans des secteurs séparés. Quitte à en laisser un de plus. La Haute-Marne serait passée dans un premier temps de 16 à 11 secteurs, il n’y aurait rien eu de scandaleux. Le département se trouvait encore bien au-delà des objectifs nationaux et ça contentait tout le monde.
Finalement, au bout de 15 jours, les médecins ont fini par accepter la formule que voulait le préfet. Mais ils ont tenu auparavant à faire savoir à tout le monde (y compris à Luc Chatel) qu’ils la considèrent comme étant la plus mauvaise.

Lionel Thomassin
Dimanche 22 Mars 2009
Lu 1003 fois
Notez

Nouveau commentaire :