Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Les bons points de la CGT à la nouvelle municipalité

Non seulement la CGT (majoritaire au sein de la ville de Chaumont) approuve la nouvelle organisation des services municipaux, mais elle ne cache pas que les relations sont bien meilleures avec la nouvelle municipalité qu’avec l’ancienne...



Après avoir présenté la semaine dernière au personnel son projet de réorganisation des services municipaux, Luc Chatel s’est vanté d’avoir obtenu un vote unanime en comité technique paritaire (CTP). Syndicat majoritaire à la ville de Chaumont, la CGT confirme par la voix de Danièle Prost. Elle en profite même pour confier à L’affranchi : «On n’a plus du tout les mêmes relations qu’avec l’ancienne municipalité. Avant, c’était tendu. Aujourd’hui, c’est serein et très respectueux. Au sein des organismes paritaires, on sent une écoute et une volonté de dialogue. Je n’en tire pas de conclusions, car on ne sait pas ce qu’il en sortira. Mais l’ambiance a changé.»
Ainsi, plutôt que de faire un procès d’intention à la nouvelle municipalité, la CGT a décidé de jouer le jeu de l’audit organisationnel qui va démarrer en octobre. Et, en attendant les résultats, de soutenir la réorganisation provisoire des services.
«On préfère être associés à l’audit et aux réflexions que nous font remonter les agents», explique Danièle Prost. «D’autant que ce qui a été présenté par Luc Chatel sous le marché couvert n’est pas figé. Il n’y a pas d’affectation définitive des agents et des services. En fonction des conclusions de l’audit, il y aura probablement des redéploiements.»

Une amélioration des conditions de travail et d’accueil dans certains services

«On est un peu dans l’expectative, mais ça ne nous semble pas défavorable de réduire le nombre de grandes directions, même si cela crée une strate hiérarchique supplémentaire», ajoute Danièle Prost. «Avant, l’agent s’adressait directement au chef de service qui lui répondait. Maintenant, ce chef de service aura au-dessus de lui un directeur. Ça peut bloquer le système. Mais si ce directeur prend ses responsabilités, ça peut aussi être plus efficace.»
En attendant, on retiendra donc que certains chefs de service vont perdre de leur pouvoir et de leur autonomie. Tandis que d’autres prennent du galon. C’est le cas, comme on l’a déjà dit la semaine dernière, de Joël Moris qui va s’occuper de toute la culture. Et de Jean-Yves Brugnon qui, en plus du social, va avoir en charge les sports et la prévention.
A noter aussi que le directeur général adjoint Marc Duval redevient le vrai numéro deux en ayant sous sa coupe environ 65% du personnel municipal et en chapeautant tout ce qui a trait au service au public.
En attendant de voir comment tout ça va fonctionner, la CGT constate une amélioration des conditions de travail et d’accueil dans certains services. «Les sports, qui étaient confinés dans 15 mètres carrés, seront bien mieux au Patronage-Laïque», souligne Danièle Prost. «Et le fait d’avoir installé l’enfance-jeunesse dans les anciens locaux de la communauté de communes, avenue du Général-Leclerc, permet d’accueillir les gens de plain-pied. C’était quand même une hérésie, auparavant, d’obliger les mamans qui venaient avec des poussettes à monter des escaliers ! Mais avec Jean-Claude Daniel, ça n’a jamais été possible…»

«Tout va quand même dépendre de la façon dont cet audit sera réalisé et des conclusions qu’en tirera la municipalité»

Danièle Prost n’entend pas pour autant enjoliver la réalité. «Il y a des habitudes bien ancrées et il faudra un temps d’adaptation», annonce-t-elle. «Certains agents ne sont pas forcément joyeux de quitter l’hôtel de ville. D’autres craignent que leur service soit transféré à l’intercommunalité ou soit considéré comme n’étant pas d’une utilité particulière au moment de l’audit. Tout va quand même dépendre de la façon dont cet audit sera mené et des conclusions qu’en tirera la municipalité».
Auparavant, le 6 novembre, se dérouleront les élections paritaires à la ville de Chaumont. Il sera intéressant d’en connaître non seulement les résultats mais aussi le taux de participation. D’aucuns racontent que certains employés auraient peur d’aller voter ou peur d’être mis au placard en s’engageant syndicalement. Bref, peur de la nouvelle municipalité.
Ayant eu vent de ces rumeurs, Luc Chatel a pris les devants en lançant aux employés, la semaine dernière, au marché couvert : «Engagez-vous ! N’ayez pas peur d’afficher vos opinions, même si ce ne sont pas les mêmes que les miennes. C’est la démocratie. J’ai besoin d’avoir en face de moi des organisations représentatives».
Sera-t-il pris au mot ?

Christophe Poirson
Samedi 27 Septembre 2008
Lu 550 fois
Notez

Nouveau commentaire :