Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

La Poste : 70 manifestants «pour se mettre en jambes»

L’intersyndicale organisatrice de la manifestation contre la privatisation de La Poste n’a pas beaucoup rassemblé. Mais selon elle, le mouvement n’en est qu’à son début.



La Poste : 70 manifestants «pour se mettre en jambes»
Contre «le projet de privatisation de la Poste», les syndicats CFDT, CGT, FO et SUD ont assez peu mobilisé mardi après-midi à Chaumont. On a compté à peine plus de 70 manifestants dans le défilé qui a cheminé de la place du Champ de Mars à la mairie, en passant par la préfecture et la poste centrale. Mais il fallait s’y attendre. Le mouvement de grève n’a guère été suivi que par 15 à 20 % du personnel.
Pour les syndicats l’explication est simple : dans les jours précédents, La Poste a poussé ses cadres et agents de maîtrise à rencontrer tous les employés ; histoire de bien leur faire comprendre qu’un projet d’ouverture du capital n’a rien à voir avec une privatisation.
«Mais, répondent les syndicats, on a fait la même chose avec France-Télécom et on voit ce que c’est devenu... tant du point de vue des suppressions de postes que du service rendu à l’usager».

L’exemple de France-Télécom

Dans une motion remise au Préfet de la Haute-Marne ils ont écrit : «...si l’ouverture du capital engendre la privatisation de La Poste, nous craignons le pire pour l’avenir de celle-ci et de son personnel.
«Mais avant d’en arriver là, il serait fort utile de définir les missions de services publics, de déterminer leur mode de financement et de les faire évoluer avec les nouveaux besoins de la société. Ceci n’aura de sens que si les métiers et les filiales sont structurés à La Poste. Des garanties statutaires et sociales fortes doivent être données aux postières et aux postiers».
La manifestation s’est achevée sur la place de l’hôtel de ville, après que les syndicats ont eu l’assurance d’être reçus par Luc Chatel en fin de semaine ou en début de semaine prochaine.
Pour eux, le mouvement n’en est qu’à ses débuts.

Lionel Thomassin
Samedi 27 Septembre 2008
Lu 488 fois
Notez

Nouveau commentaire :