Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Incroyables, mais vrais ! les bons chiffres de l’emploi

Les dernières statistiques de l’UNEDIC montrent que la ville de Chaumont a gagné au cours de la dernière année 205 emplois salariés dans le secteur privé. Reste quand même à savoir combien elle a perdu d’emplois publics. Et puis, il ne faut pas trop se réjouir car un récent rapport parlementaire place la Haute-Marne dans une «demi diagonale aride».



Les dernières statistiques annuelles de l’emploi salarié de l’Unédic, c’est-à-dire les salariés de tous les établissements du secteur privé industriel et commercial, viennent de tomber. Et l’on y apprend que la ville de Chaumont a gagné 205 emplois entre fin 2006 et fin 2007. Soit une progression de 2,43%, un peu plus forte que la moyenne nationale (+2,2%) et surtout départementale (668 emplois, soit +1,5%).
A Chaumont, le nombre de salariés du privé est ainsi passé de 8432 (4118 hommes et 4314 femmes) à 8637 (4224 hommes et 4413 femmes). La progression s’est faite essentiellement dans les secteurs des services aux entreprises et les fonctions sociales et médicosociales et, dans une moindre mesure, dans le secteur de la construction.

1491 emplois de plus en 15 ans !

On notera par ailleurs que, malgré des baisses en 2005 et 2003, l’emploi salarié du secteur privé évolue favorablement depuis une quinzaine d’années. Toujours selon l’Unédic, entre 1993 et 2007, le nombre de salariés est passé de 7146 à 8637. Ce qui revient à dire que Chaumont a gagné 1491 emplois ! Soit une hausse de plus de 20%. De quoi chasser bien des idées reçues…
Au cours de la même période, la ville de Saint-Dizier, si souvent citée en exemple, a quant à elle perdu 310 emplois.
Le dernier rapport annuel sur l’état de la fonction publique vient lui aussi d’être publié, fin juillet. Et, comme on pouvait s’en douter, les chiffres ne sont pas très bons. On y découvre que la Haute-Marne comptait fin 2006 un total de 14 382 fonctionnaires. Un an plus tôt, elle en avait 14 621. Soit une perte de 239 emplois publics en un an qui vient atténuer la progression des emplois privés.

Inquiétudes pour la fonction publique d’Etat

Comme on pouvait aussi s’y attendre, c’est la fonction publique d’Etat qui est responsable de cette situation (6357 fonctionnaires en 2006 contre 6634 en 2005). Les effectifs de la fonction publique territoriale progressent un peu (4070 contre 4036) tandis que ceux de la fonction publique hospitalière sont à peu près stables (3955 contre 3951).
Vu ce qui s’est passé en 2007 et ce qui continue de se dérouler en 2008 (suppressions de postes et «restructurations» des administrations), cette hémorragie n’est près de s’arrêter.
On se consolera toutefois en soulignant que le taux d’administration en Haute-Marne reste pour le moment supérieur à la moyenne nationale : 32,1 pour 1000 en ce qui concerne la fonction publique d’Etat, alors que le chiffre est de 31,6% sur l’ensemble de la France métropolitaine.
Pour ce qui est de la fonction publique hospitalière, ce taux s’élève à 19,8 dans le département (la moyenne française est de 15). En revanche, les collectivités locales (départements, communautés de communes et communes) sont un peu à la traîne : le taux d’administration est de 19,3 pour 1000 alors qu’il atteint 23,8 sur la France métropolitaine.
Au train où ça va, cet écart favorable pour la Haute-Marne risque toutefois de se réduire sensiblement. Et c’est malheureusement Chaumont, la ville-préfecture, qui risque d’en souffrir le plus.






La Haute-Marne dans une «demi diagonale aride»

Si les chiffres de l’emploi ne sont pas si mauvais que ça en Haute-Marne, ceux de la démographie ne s’arrangent pas. Selon les dernières estimations de l’INSEE, le département ne compterait plus aujourd’hui que 186 500 habitants. Contre 194 700 en 1999 et 204 100 en 1990.
Pourtant, dans un rapport d’information sur «Le nouvel espace rural français», déposé sur le bureau du Sénat le 15 juillet, le sénateur du Lot-et-Garonne Jean-François Poncé souligne «la dynamique démographique de l’espace rural». Il explique que depuis 1975 la France connaît «une dynamique démographique de retour vers la ruralité». Et cette évolution tendrait à s’accélérer : la population des communes de moins de 2000 habitants a ainsi progressé en moyenne de 1,3% par an entre 1999 et 2006 contre 0,5% entre 1990 et 1999.
«La population rurale augmente aujourd’hui trois fois plus vite que celle des zones urbaines», en conclut le sénateur qui parle de «l’émergence d’une nouvelle société rurale», représentée par de jeunes familles, des retraités et une nouvelle génération d’entrepreneurs ruraux. Selon lui, cette nouvelle société rurale serait très différente de la société paysanne, «car moins coupée de la vie urbaine, plus ouverte sur l’extérieur et particulièrement accueillante».

Une fracture «problématique»

Problème pour la Haute-Marne : «Alors qu'une trentaine de départements avaient perdu des habitants entre 1990 et 1999, ils ne sont plus que cinq à afficher un déficit démographique entre 1999 et 2006 : la Haute-Marne, la Nièvre, la Creuse, les Ardennes et l'Allier», précise Jean-François Poncé. «A l'inverse, la Haute-Garonne est le département qui affiche la plus forte croissance de population entre 1999 et 2006 (+ 1,6 % par an), illustrant le changement de statut démographique qui concerne maintenant l'ensemble du sud-ouest. Ceci pourrait d'ailleurs avoir pour effet d'interrompre la diagonale aride en la limitant aux départements du nord-est et du centre du pays.»
La Haute-Marne ferait donc désormais partie d’une «semi-diagonale aride». Et le commentaire du parlementaire n’est guère encourageant : «Bien que réduite, cette fracture pourrait être d'autant plus problématique qu'elle illustre peut-être un manque persistant d'attractivité qui isole ces départements du mouvement général de meilleure répartition des populations sur le territoire et ce, de façon cumulative, puisque les pertes de populations viennent s'ajouter d'année en année.»
Le sénateur de la Haute-Garonne pourrait peut-être en parler avec celui de la Haute-Marne…

Christophe Poirson
Samedi 16 Août 2008
Lu 316 fois
Notez

Nouveau commentaire :