Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Hôpital : «Ça va mal»

Selon le syndicat FO, qui a demandé à rencontrer le maire et président du conseil d’administration Luc Chatel, il y a à l’hôpital de Chaumont un manque de médecins et une baisse d’activité inquiétante.



La secrétaire générale de l’UD-FO, Dominique Perchet, se fait du souci pour l’hôpital de Chaumont. «Il y a un manque de médecins et une baisse d’activité inquiétante», souligne-t-elle. «Et on ne sait pas où en est le rapprochement entre Langres et Chaumont. Cette incertitude n’engage pas les médecins à venir.»
«Il n’y a plus de direction aujourd’hui à l’hôpital de Chaumont», s’inquiète M. Mongin, représentant FO au sein de l’établissement. «Le directeur est parti en retraite. Et il n’y a pas de postulant. On voudrait qu’il y ait un capitaine car il y a un malaise dans l’établissement. On ne sait pas où on va».
Comme c’est le directeur de l’hôpital de Langres qui assure l’intérim pour le moment, FO a l’impression que «les choses se font de façon insidieuse». «Maintenant, on ne parle plus des hôpitaux de Chaumont et de Langres, mais des hôpitaux de territoire», argumente M. Mongin. «C’est la nouvelle politique de santé».

«Il y a des villes beaucoup plus attrayantes que Chaumont»

«Pour Chaumont, le gros souci, c’est la démographie médicale», insiste-t-il. «On a des médecins qui s’en vont pour des raisons professionnelles ou qui vont partir en retraite et qui vont laisser des services avec un seul praticien hospitalier. Les directions font appel à des remplaçants. Mais on recrute parfois qui on peut… On a d’autant plus de mal à recruter qu’il manque de médecins un peu partout en France et qu’il y a des villes beaucoup plus attrayantes que Chaumont.»
Compte tenu du nombre de gynécologues et de pédiatres, FO s’inquiète même pour l’avenir de la maternité de Chaumont. «On manque aussi cruellement d’anesthésistes et de chirurgiens. Les astreintes un jour sur deux toute l’année, c’est crevant. La situation n’est guère meilleure du côté des infirmières. Les équipes sont fatiguées. Les conditions de travail se dégradent. Et les arrêts pour maladie montent en flèche».
«Pour le moment, les compétences sont encore là, même si on remplace parfois une infirmière par une aide-soignante», conclut le syndicaliste. «Mais il y a des inquiétudes à avoir pour l’avenir. D’autant que le taux de fuite des patients est déjà important. Le dossier de plateforme commune au sud haut-marnais a été mis en sommeil pendant la période électorale. Et aujourd’hui, on ne sait pas ce que veut l’ARH (Agence régionale d’hospitalisation)… »
Pour évoquer toutes ces questions, le syndicat FO sera reçu à sa demande le 16 octobre par le maire de Chaumont et président du conseil d’administration de l’hôpital, Luc Chatel.

Christophe Poirson
Vendredi 3 Octobre 2008
Lu 626 fois
Notez

Nouveau commentaire :