Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Gestion de la CCI : Circulez, y a rien à savoir !

Contre toute attente, l’examen de gestion de la CCI par la chambre régionale des comptes, qui aura duré trois ans, se solde par l’absence d’ «observations définitives.



Cela fait trois ans que l’on entend parler d’un contrôle de la chambre régionale des comptes à propos de la Chambre de commerce et d’industrie de la Haute-Marne. Tout ça pour apprendre cette semaine, lors de l’assemblée générale de la CCI, qu’il n’y aura pas de «lettre d’observations définitives». Ce qui, paraît-il, arrive de temps en temps.
A l’issue d’un long examen de gestion, la chambre régionale des comptes a bien établi des «observations provisoires», lesquelles ont été envoyées à la CCI mais ne sont pas communicables au public, contrairement aux «définitives». La CCI y a répondu. «Je suppose que les réponses que nous avons données ont été suffisamment claires», s’est contenté de commenter le président Michel Auer, lors de l’assemblée générale.
Comme il n’y a eu aucune question à ce sujet, on ne saura donc pas ce qui pouvait être reproché à la chambre consulaire. Pourtant, en novembre 2005, on se souvient que Jean-Marcel Lambinon avait démissionné de la présidence, un an seulement après sa réélection, dans de drôles de circonstances. L’intéressé avait invoqué des «raisons de santé». Mais dans les couloirs de la CCI, on laissait entendre qu’il avait été plus ou moins poussé dehors. Un voyage en Chine jugé trop coûteux aurait été la goutte d’eau faisant déborder le vase.

Aucun souci financier...

Quelques semaines plus tard, lors de l’élection du nouveau président de la CCI, François Jehlé, président par intérim et candidat à sa succession, avait publiquement parlé de «turpitudes». Il avait aussi évoqué le fameux contrôle de la Chambre régionale des comptes. Ce qui lui avait valu une mise au point de Jean-Marcel Lambinon, présent dans la salle, qui estimait n’avoir rien à se reprocher.
On attendait donc beaucoup de ce rapport. Mais si la Chambre régionale des comptes a préféré laisser tomber, il faut donc en déduire qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. Ou bien rien qui puisse intéresser le grand public…
En tout cas, si l’on s’en tient aux chiffres communiqués lors de l’assemblée générale, la CCI –qui tire l’essentiel de ses ressources de la taxe additionnelle à la taxe professionnelle (TATP) et de diverses subventions- n’a pas de souci financier. En 2007, elle a dégagé un résultat net de l’ordre de 270 000 euros. Son endettement ne cesse de se réduire et son fonds de roulement continue d’augmenter, année après année, pour dépasser aujourd’hui la coquette somme de trois millions d’euros.
De quoi envisager l’avenir avec la plus grande sérénité, même si la gestion de l’aérodrome de Chaumont-Semoutiers reste largement déficitaire (-15 000 euros).


Patience et longueur de temps

Président de la commission tourisme de la CCI, François Jehlé se réjouit de la prochaine ouverture –théoriquement le 10 octobre- du Mémorial de Colombey. «Il n’a fallu que 30 ans pour répondre à la demande des professionnels de la Haute-Marne», a-t-il glissé lors de l’assemblée générale de la CCI. «Aujourd’hui, on ressort le projet de Parc naturel régional sur lequel la CCI a planché de 1992 à 2000. Si on pouvait espérer que ce PNR concernant le sud de la Haute-Marne et le nord de la Côte d’Or aboutisse pour 2012, on aurait réussi quelque chose de très bien par rapport au Mémorial de Colombey : 20 ans au lieu de 30 ans».
François Jehlé aurait pu aussi citer le projet Animal Explora à Châtauvillain. Mais il est vrai que l’étude d’opportunité de l’ex-CECYN ne date que de 1996…

Christophe Poirson
Vendredi 27 Juin 2008
Lu 482 fois
Notez

Nouveau commentaire :