Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Fonction publique : «Un véritable plan social...»

Lors de la manifestation du 15 mai contre les suppressions d’emplois de fonctionnaires, qui n’a rassemblé qu’un peu plus de 300 personnes, l’accent été mis sur les menaces qui pèsent en Haute-Marne.



Sur la place de l’hôtel de ville, ce n’est pas encore la foule des grands soirs !
Sur la place de l’hôtel de ville, ce n’est pas encore la foule des grands soirs !
Apart dans les établissements
scolaires,
l’appel à la grève
lancé par les fédérations de
fonctionnaires et de
l’Education nationale a été
assez peu suivi à Chaumont
le jeudi 15 mai. Les lycéens
ne sont pas non plus descendus
dans la rue. Et c’est
finalement un peu plus de
300 personnes qui se sont
rassemblées sur la place de
l’hôtel de ville, avant de
défiler vers la préfecture.
Les présents étaient d’autant
plus déçus par cette
faible mobilisation que les
menaces pour un département
comme celui de la
Haute-Marne sont particulièrement
sérieuses. «Le
gouvernement a fait le
choix de sacrifier l’emploi
public afin de réduire les
déficits que sa politique
budgétaire et fiscale contribue
à creuser», a martelé
Sylvie Leblanc (FSU).
«C’est un véritable plan
social que va connaître la
fonction publique».
Dans l’Education, la syndicaliste
a rappelé que «21
postes sont supprimés dans
le second degré, 5 postes à
l’Inspection académique, 6
postes administratifs dans
les intendances des établissements
qui voient parfois
des regroupements se créer
avec 7 établissements et
plus... Cette logique quantitative
va forcément entraîner
des classes surchargées,
rendre impossible le suivi
individuel des élèves, supprimer
des options, des formations,
baisser les
horaires en lycée, menacer
l’enseignement agricole».
Aux Finances, c’est «le
démantèlement des
douanes ou des services de
la répression des fraudes,
les fusions de directions, les
regroupements de trésoreries
».
A la Santé, «la disparition
des DDASS commence à se
mettre en place. Et rappelons
que le schéma régional
d’organisation sanitaire
prévoit le regroupement
sur un équipement commun
des hôpitaux de
Chaumont et Langres,
comme précisé lors du dernier
conseil d’administration
de l’hôpital de
Chaumont, ce qui pourrait
avoir pour conséquence le
démantèlement des hôpitaux
actuels».
A la Justice, c’est bien sûr
«la suppression du tribunal
d’instance de Langres, du
tribunal de commerce de
Saint-Dizier, de l’instruction
au tribunal de grande
instance de Chaumont,
ainsi que la fermeture du
foyer d’action éducative de
Chaumont».
Sans oublier les menaces
qui pèsent sur l’armée...
Et Sylvie Leblanc de
conclure : «Si nous sommes
unitairement rassemblés
aujourd’hui, c’est pour
défendre la fonction
publique et se services
publics de progrès social au
service de toute la population.
Nous ne pouvons
accepter ces choix gouvernementaux
qui font peser
de lourdes menaces sur
tout le pays et en particulier
dans notre département
rural qui voit sa population
diminuer chaque année».

L' affranchi
Vendredi 16 Mai 2008
Lu 676 fois
Notez

Nouveau commentaire :