Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Eoliennes : «déjà» un parc de six sur Is

Le premier parc éolien de Haute- Marne vient d’être inauguré près de Montigny-le-Roi, sur le territoire d’Is-en-Bassigny. Mais il faudra attendre encore un bon mois avant de voir tourner les pales.



L’inauguration a fait venir le ban et l’arrière-ban du département.
L’inauguration a fait venir le ban et l’arrière-ban du département.
Vendredi matin à Is-en-Bassigny, pour inaugurer 6 éoliennes, s’est retrouvé le ban et l’arrière-ban du département. Il faut dire qu’il s’agissait du premier parc éolien créé en Haute-Marne. La nouveauté et la curiosité ont forcément motivé les invités. Mais on pouvait rencontrer aussi beaucoup d’élus se renseignant et cherchant à montrer leur intérêt pour cette technologie. Nombreux sont ceux en fait qui aimeraient bénéficier des retombées économiques de ce type d’opération dans leurs communes. Et ils tiennent à le faire savoir...
Nous avons rencontré par exemple des représentants de la Communauté de Communes du Pays Chaumontais qui parlaient d’études menées actuellement sur le territoire d’Euffigneix, au dessus des côtes d’Alun.
Mais on n’y est pas encore. Rappelons qu’il a fallu 8 ans pour mener à bien le projet de Is.

Avec l’accord de la population

Très éloignées du village, sur un terrain plat, les 6 éoliennes d’Is ont l’avantage de n’être pas placées devant un paysage. Elles ne gâchent rien. On peut même leur trouver une certaine allure quand on les découvre de loin en empruntant la route de Montigny-le-Roi. De près, elle impressionnent quand même avec leur hauteur (sans les pales) de 80 mètres et leur poids de 253 tonnes.
Toujours est-il qu’elles ont bénéficié d’un bel avantage : l’adhésion de toute la population. Le maire François Moisson rappelle volontiers que personne dans le secteur n’a émis d’avis négatif lors de l’enquête publique. Ce qui n’est pas le cas partout.

La consommation de 10 000 foyers environ

A Is, c’est l’opérateur d’électricité et de gaz privé Poweo qui s’est chargé de l’investissement. Son PDG, Charles Beigbeder, assistait d’ailleurs vendredi à l’inauguration. Il expliquait qu’il s’agissait, pour l’entreprise, de l’ouverture de son sixième site de production d’électricité verte. Son objectif étant d’arriver à 25 % d’électricité basée sur les énergies renouvelables.
Ici, chaque éolienne ayant une capacité de 2 Mégawatts pour des vents de 47 km/h, il annonçait une puissance totale de 12 MW sur le site. Ce qui, compte tenu des conditions locales, devrait permettre de produire 26 millions de KWh par an. Soit à peu près la consommation (hors chauffage) de 10 200 foyers.
Poweo rappelle que, selon les études menées par l’ADEME, cette «électricité verte» permettra d’éviter l’émission de 2 200 tonnes de CO2.
L’électricité produite sera injectée dans le réseau public au poste source de Montigny-le-Roi.
Mais le raccordement n’est pas encore établi. On compte encore un mois de tests et travaux divers avant que le système fonctionne. Ce qui s’est avéré assez frustrant vendredi dernier. Lors de l’inauguration, on aurait aimé voir au moins tourner les pales.




Une manne très motivante

Le ruban a été coupé en présence de Charles Beigbeder, le PDG de Poweo.
Le ruban a été coupé en présence de Charles Beigbeder, le PDG de Poweo.
EDF étant obligée de reprendre l’électricité un bon prix pendant 15 ans, tout le monde peut profiter de l’opération.
Poweo a justement prévu son investissement sur 15 ans. Mais les éoliennes étant faites pour durer 20 à 25 ans, l’opérateur peut compter sur 5 à 10 années très lucratives.
Et c’est pour 15 années aussi qu’ont été signés les baux sur le terrain. Pour chaque éolienne Poweo devra payer un loyer de 5 000 à 8 000 euros, en fonction de son emprise au sol. La somme est partagée entre le propriétaire (60 %) et l’exploitant agricole (40 %).
Les collectivités locales aussi sont intéressées par le projet puisqu’on peut estimer que le parc rapportera entre 80 et 110 000 euros en taxe professionnelle. Or, aux termes d’un accord passé entre les deux collectivités concernées, la commune d’Is prendra le tiers, et la communauté de communes gardera les deux tiers restants.
Petit détail qui a son importance : la commune souhaite étendre le parc avec 3 éoliennes supplémentaires, voire 6, si possible...





118 projets, mais...

A l’occasion de l’inauguration du parc éolien d’Is, le préfet Yves Guillot a fait savoir que 118 projets étaient actuellement à l’étude dans le département. Mais il a fait comprendre aussi qu’il ne fallait pas s’attendre à voir fleurir 118 parcs d’éoliennes. Les procédures sont longues et il s’agit de satisfaire à de très nombreuses conditions.
Le maire de Is, François Moisson, peut d’ailleurs en témoigner.
Les premières études sur sa commune ont été menées en l’an 2000. Il aura donc fallu 8 ans pour faire aboutir le dossier alors que tous les habitants étaient favorables au projet, qu’il n’y avait pas de difficultés du point de vue du paysage et que l’impact sur la faune (les oiseaux et les chauve-souris) était jugé acceptable.
Et encore... le projet était de 12 éoliennes à l’origine, l’autorisation n’a été donnée que pour six...
On voit que passer toutes les contraintes administratives n’est pas facile. Mais il faut savoir aussi que bien des dossiers n’auront pas l’occasion d’aller jusque-là ; pour des raisons techniques tout simplement.
Ainsi certaines études ne débouchent sur rien, parce qu’aucun financeur ne se montre intéressé.
Il faut savoir quand même qu’une éolienne coûte au bas mot 3 millions d’euros. Et puis il faut tenir compte également de la capacité du réseau EDF à absorber l’électricité produite localement.
Tout n’est pas possible partout. La Haute-Marne, qui est un petit département, devra probablement se contenter d’une petite production.

Lionel Thomassin
Vendredi 12 Septembre 2008
Lu 527 fois
Notez

Nouveau commentaire :