Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Enseignants «Assez de mépris !»

En Haute-Marne, la grève dans l’Education a été suivie par un quart des enseignants. Quant à la manifestation, elle n’a rassemblé que 200 personnes. Pourtant, ce ne sont pas les sujets de mécontentement qui manquent.



Ce ne sont pas les motifs de mécontentement qui manquent pour les enseignants. 
Ce ne sont pas les motifs de mécontentement qui manquent pour les enseignants. 
Les médias nationaux avaient annoncé que la grève du 20 novembre dans l’Education nationale serait suivie à 70%, voire à 80%. Mais en Haute-Marne, ce sont 25% d’enseignants qui ont réellement suivi le mouvement dans les écoles maternelles et élémentaires (1er degré) et un peu moins dans les collèges et les lycées (2e degré). 
Quant à la manifestation qui s’est déroulée à Chaumont, à partir de 15 heures, elle n’a rassemblé que 200 personnes. 
La mobilisation n’a donc pas été très forte. Et pourtant ce ne sont pas les motifs de mécontentement qui manquent. «La limite de l’acceptable est largement dépassée», a martelé Sylvie Leblanc au nom de l’intersyndicale FSU, CGT, SGEN-CFDT et UNSA-Education. «Dans le 1er degré, après la parution de programmes plus lourds dont la vision passéiste s’accompagne d’un temps d’enseignement réduit de deux heures, le “Débrouillez-vous” ou encore les propos provocateurs sur les enseignants de maternelle, ce sont les fondements de l’école publique qui sont remis en cause». La syndicaliste s’inquiète de la disparition de 5500 postes alors qu’il y a une augmentation de près de 20 000 élèves. Elle dénonce aussi la diminution annoncée, en attendant la suppression, des réseaux d’aide aux élèves en difficulté (RASED). Et de s’interroger : «Qui peut croire un seul instant qu’avec un horaire diminué, des programmes plus lourds, moins d’enseignants, les réseaux d’aide aux élèves en difficulté supprimés, les élèves pourraient mieux réussir à l’école ?»
Dans le second degré, le projet de budget 2009 n’est pas fait pour la rassurer. «Les collèges subiront les plus fortes suppressions d’emplois», indique-t-elle. «Les lycées ne seront pas épargnés. De surcroît, les diminutions programmées du nombre de places aux concours de recrutement et des moyens de remplacement annoncent un recours massif à la précarité. A la dégradation constante et programmée des moyens d’enseignement et des conditions de travail s’ajoutent des attaques répétées contre le paritarisme et le droit syndical. La politique du fait accompli et la marche forcée ne peuvent tenir lieu de méthode de dialogue social». 




Craintes particulières pour les élèves de la campagne

A en croire certains manifestants, la remise en cause des réseaux d’aides spécialisées aux elèves en difficulté (RASED) risque d’affecter davantage la campagne (pour des raisons économiques liées aux déplacements) que le milieu urbain. Or, toujours selon eux, il y a dans certains villages haut-marnais de plus en plus de familles en grande difficulté, intellectuelle et matérielle. 
La suppression des maîtres spécialisés (qui interviennent auprès de petits groupes d’élèves) et des psychologues scolaires pourrait, dans ces conditions, se révéler dramatique. «Ce sont généralement nous qui diagnostiquons les problèmes et aidons les parents à faire les démarches nécessaires», témoigne une psychologue scolaire. «Si on disparaît, que vont devenir ces enfants en difficulté?  D’autant qu’il y a déjà un manque cruel d’orthophonistes et qu’il faut attendre en moyenne un an pour être pris en charge par le CMPP, le centre médico-psycho-pédagogique.»
Les besoins dans le département, où il y a 53 RASED en comptant les psychologues scolaires, semblent importants. A l’école de Viéville, par exemple, 33 élèves sur un total de 155 devraient relever du RASED. Mais ils ne le sont pas tous, à cause déjà d’un manque de moyens. «Avec cette réforme, on risque de creuser l’écart entre la ville et la campagne», insiste une manifestante «Or la campagne se paupérise. Il y a de plus en plus de misère sociale». 

L' affranchi
Vendredi 21 Novembre 2008
Lu 452 fois
Notez

Nouveau commentaire :