Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Eglise : Grands travaux au Cavalier

Sous l’église Notre-Dame du Rosaire, au Cavalier, la communauté paroissiale de Chaumont et ses environs rénove ses locaux et construit des bureaux d’accueil. Coût des travaux : 330 000 euros.



Sous le préau, Thierry Lecomte, curé de la paroisse, et Jean-Noël Thiériot, membre de l’équipe de coordination paroissiale, observent des travaux qui devraient s’achever pour l’été.
Sous le préau, Thierry Lecomte, curé de la paroisse, et Jean-Noël Thiériot, membre de l’équipe de coordination paroissiale, observent des travaux qui devraient s’achever pour l’été.
Dans un quartier qui bouge, sous l’église Notre-Dame du Rosaire, se construit actuellement le nouveau centre paroissial catholique de Chaumont.
Jusqu’à présent, on pouvait trouver là, une petite chapelle, des salles de catéchisme et de réunions, ainsi qu’un grand préau. Les transformations actuelles consistent d’abord en une reconfiguration et une remise aux normes des différentes salles, avec travaux d’isolation.
Puis il est procédé à l’agrandissement de la chapelle ; de sorte qu’elle puisse recevoir au moins une centaine de personnes. Ce qui, dans certains cas (obsèques ou baptêmes par exemple), constituera une alternative à la grande église. Les fidèles pourront s’y sentir plus proches et ça permettra à la communauté de faire des économies de chauffage. De plus, cette chapelle sera ouverte toute la journée, ce qui n’était pas le cas auparavant.
Enfin, l’essentiel des travaux porte sur la réalisation de locaux d’accueil à la place du préau. La communauté paroissiale de Chaumont crée des bureaux ouverts où chacun pourra se renseigner, demander, proposer... Le temps où on allait voir le prêtre chez lui est de plus en plus révolu. Bientôt la ville et ses environs (soit une bonne vingtaine de village) vont disposer d’un lieu unique où l’on trouvera tout ce qu’on cherche. L’avantage, selon ses concepteurs, est aussi que différentes activités trop souvent cloisonnées vont s’y côtoyer. Les échanges seront donc favorisés.

En phase avec la rénovation urbaine

L’endroit présente l’avantage d’être central par rapport à la population concernée. Et puis la communauté n’est pas mécontente de montrer qu’elle bouge dans un quartier en pleine évolution. D’un côté ses locaux font face aux anciennes écoles du Cavalier dans lesquelles se développe le pôle associatif de Chaumont. De l’autre, ils s’ouvrent sur l’emplacement de la barre aujourd’hui démolie où devraient être construits prochainement de petits immeubles collectifs.
Les membres de la communauté expliquent qu’ils s’inscrivent dans les objectifs de la rénovation urbaine. Il ne s’agit pas seulement d’améliorer le cadre de vie, mais aussi de promouvoir la citoyenneté et d’encourager une meilleure cohésion sociale.
Avec cette nuance tout de même que l’Eglise ne bénéficie pas des aides de l’ANRU.

Un appel aux dons

Une clause sociale a été introduite dans l’appel d’offre. Elle oblige les entreprises intéressées par le chantier à travailler avec des personnes en insertion. Mais ça n’apportera aucun avantage financier à la communauté.
Le bâtiment de Notre-Dame a été construit en 1962. Bien après la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Contrairement à la basilique Saint-Jean, il n’appartient pas à la ville. Ses travaux de rénovation ne peuvent donc pas bénéficier de subventions.
Au total, la facture s’élèvera à 330 000 euros environ.
Pour la payer, la communauté catholique de Chaumont met en vente deux salles paroissiales dont elle ne se sert plus (Saint-Jean et Lafayette). Mais ça ne sera pas suffisant. C’est pourquoi elle fait appel aux dons en précisant bien sûr que ceux-ci ouvrent droit à des réductions d’impôts sur le revenu.
Et l’argent commence à arriver. Près de 15 000 euros ont déjà été récoltés.

Lionel Thomassin
Vendredi 6 Février 2009
Lu 935 fois
Notez

Nouveau commentaire :