Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Ecologie : L’imprimeur de L’affranchi se distingue

Avec l’acquisition d’un nouvel équipement de production de plaques offset, l’Imprimerie du Petit Cloître, qui dispose déjà du label «Imprim’Vert», franchit un nouveau palier dans le souci du développement durable.



Ecologie : L’imprimeur de L’affranchi se distingue
En avril dernier (L’affranchi N° 726), nous expliquions en quoi le journal que vous avez entre les mains est plus respectueux de l’environnement que beaucoup d’autres. Nous en sommes assez fiers, bien que nous n’y soyons strictement pour rien. C’est notre imprimeur en fait, «L’imprimerie du Petit Cloître», qui s’est lancé dans une démarche très pointue de développement durable.
Le papier, bien sûr, est issu de forêts gérées de façon durable. Mais surtout, rien de ce qui sert à la l’impression n’est rejeté dans la nature. Tout est collecté et traité. De plus, les produits les plus nocifs ont été remplacés par d’autres. Les solvants par exemple ont été abandonnés au profit de systèmes de nettoyage à base de lessive. Et, même dans ce cas, les résidus de lavage sont récupérés puis traités.
Grâce à toutes ces mesures, l’entreprise a obtenu l’an dernier le label «Imprim’Vert».
Mais elle ne s’est pas arrêtée là. Elle inaugure ce vendredi 5 décembre, un nouvel équipement de production de plaques offset appelé «CTP thermique». Celui-ci va éliminer bien des opérations utilisant des produits chimiques.

Le papier redevient un média d’avenir

CTP veut dire Computer to plate, (littéralement : de l’ordinateur à la plaque). Ce système permet de ne plus passer par l’étape du film. Ainsi sont supprimés non seulement les films argentiques, mais aussi les produits de révélation et de fixation.
C’est un procédé qui n’est pas vraiment nouveau. En revanche, la gravure thermique de la plaque est encore assez rare et coûteuse. En investissant dans ce matériel, L’imprimerie du Petit Cloître s’affranchit encore de l’utilisation de produits chimiques.
Au total, avec la formation du personnel et l’installation du matériel, le CTP thermique installé à Langres (voir photo ci-dessus) revient à 140 000 euros. Il est subventionné à hauteur de 20 500 euros par le GIP Haute-Marne (au titre des investissements environnementaux) et de 10 500 euros par l’Agence de l’eau Seine Normandie (au titre de la dépollution à la source-technologies propres).
L’investissement est lourd, mais l’entreprise arrive ici à un tournant. Jusqu’ici ses mesures de protection de l’environnement lui ont coûté de l’argent. Mais, mises bout à bout, elles permettent désormais d’utiliser moins de produits, moins d’eau et moins d’énergie. Aujourd’hui même, elles font gagner du temps.
François Guéniot, le responsable de l’imprimerie, estime que les investissements seront pleinement rentabilisés dans deux ou trois ans. Et, annonçant vouloir poursuivre encore l’effort (du côté des presses maintenant), il se déclare optimiste pour l’avenir de l’imprimerie. «En s’appuyant sur de bonnes pratiques, conclut-il, le papier devient un média tout aussi intéressant d’un point de vue environnemental que les autres ; ordinateur compris».


Lionel Thomassin
Vendredi 5 Décembre 2008
Lu 511 fois
Notez

Nouveau commentaire :