Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Développement durable : L’imprimeur de L’affranchi se distingue

Détentrice du label «Imprim’Vert», l’imprimerie du petit Cloître est donnée en exemple au niveau régional. Ses efforts dans le domaine du développement durable ont commencé en 1999. Ils s’intensifient.



Dans le cadre de la semaine du développement durable, la Confédération nationale de l’artisanat, des métiers et des services (CNAMS) nous a envoyé une liste des entreprises artisanales de Champagne-Ardenne particulièrement soucieuses de limiter leur impact sur l’environnement. Cette liste a été établie dans le cadre d’un programme soutenu par l’Europe, l’Etat, la Région, l’ADEME et les agences de l’eau. Il faut savoir enfin qu’il s’agit d’entreprises évoluant dans des métiers qui peuvent être très polluants (imprimerie, garage, coiffure, pressing).
Pour le secteur de Chaumont-Langres, la seule entreprise retenue est l’Imprimerie du Petit-Cloître. Et nous sommes d’autant plus contents de présenter son travail spécifique, qu’elle est celle qui fabrique chaque semaine L’affranchi.

En 1999 déjà...

L’imprimerie du Petit-Cloître, tant sur son site de Langres que celui de Chaumont, est depuis juillet 2007 détentrice de la marque «Imprim’Vert», qui prouve qu’elle respecte des critères très stricts en matière de protection de l’environnement. Elle n’est cependant pas la seule dans le département puisque l’Imprimerie de Champagne à Langres a obtenu le même label dans la même période.
François Guéniot, le responsable de l’Imprimerie du Petit-Cloître, explique que sa démarche remonte à 1999, quand l’entreprise s’est installée dans des locaux neufs à Langres. Il avait le souci de ne pas rejeter dans la nature les différents produits chimiques qu’il devait utiliser (encres, solvants de nettoyage, révélateurs et fixateurs pour les films et les plaques...). Il se refusait également à utiliser des chiffons jetables. Il les préférait lavables avec un système permettant de récupérer les produits lessivés.

De la lessive plutôt que des solvants

Lorsque, six ans plus tard, il s’est inscrit dans la démarche d’obtention du label «Imprim’Vert», il a pu franchir un nouveau palier. Avec l’aide d’un ingénieur environnement, il est allé au delà de la collecte des produits dangereux (avec zone de stockage permettant d’éviter les risques de pollution accidentelle).
Il en est venu à chercher des produits moins agressifs pour l’environnement. Ainsi désormais, à la place des solvants, il utilise un système de nettoyage à base de lessive. Ça se passe dans un bac chauffé permettant d’obtenir une efficacité identique. Les résidus de lavage sont ensuite récupérés par décantation puis traités

Une démarche finalement rentable

François Guéniot explique que, dans un premier temps, la démarche a représenté un surcoût (8 000 à 10 000 euros l’an dernier), notamment pour s’équiper avec du matériel permettant de lessiver. Mais le label lui donne un argument supplémentaire auprès des clients.
Et puis, pour les mois qui viennent, il a décidé d’investir dans du matériel qui gravera les plaques directement, sans passer par les films et sans utiliser les produits «photo».
Cette fois-ci, la marque «Imprim’Vert», lui permet d’obtenir quelques subventions. De plus, la suppression de certaines étapes va entraîner des économies de fonctionnement.
Finalement, la dynamique enclenchée devient rentable.

Jusqu’à la recherche du papier

François Guéniot a mis le doigt dans l’engrenage. Ayant compris que le développement durable pouvait se conjuguer avec la modernité, il est toujours à la recherche de progrès dans le domaine. D’autres projets sont à l’étude...
Et, en attendant, il tente d’orienter les clients sur des choix plus respectueux de l’environnement. Ainsi, il déconseille les vernis, les pelliculages... et même les aplats d’encre, au profit de fantaisies sur la forme, le pliage ou la découpe.
Et puis bien sûr, il propose des papiers recyclés ou issus de bois de forêts gérées dans un esprit de développement durable. C’est le cas du journal que vous avez entre les mains.

Lionel Thomassin
Vendredi 4 Avril 2008
Lu 589 fois
Notez

Nouveau commentaire :