Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

«Débat et négociation»

par Patrick Lefèvre

Adjoint aux sports lors des deux précédents mandats, Patrick Lefèvre est aujourd’hui conseiller municipal d’opposition. Tout en expliquant ce qu’il pense être désormais son rôle, il nous écrit, en prenant l’exemple argumenté des lycées Bouchardon, ce qu’il conçoit du débat municipal et de la négociation entre collectivités. Voici, dans son intégralité, le texte qu’il nous a fait parvenir :



«Je me prépare à vivre mon deuxième conseil municipal en tant qu’opposant. L’exercice me semble être passionnant si, comme je n’en doute pas, la parole de tous est libérée et si le débat peut s’exercer sans «faux-semblant».
«Pour ceux qui me connaissent, il est évident que je goûte très peu les oppositions dogmatiques. S’opposer obligatoirement parce qu’on est de gauche et que la municipalité est de droite, très peu pour moi. C’est de l’échange argumenté et de la négociation que doivent émerger les propositions les plus cohérentes.
Prenons un exemple:
«Le regroupement des élèves du lycée Bouchardon sur le site unique «Gagarine». Dans notre programme, nous étions allé plus loin. La réflexion nous a conduit à envisager le regroupement de la quasi-totalité des services municipaux au sein du site laissé vacant au centre ville.
«Soumettons cette «double» proposition à la confrontation des points de vue. Négocier, c’est d’abord faire l’inventaire des arguments contre et des arguments pour, puis ensuite les confronter. Livrons-nous donc à ce petit jeu.
Arguments contre le projet de regroupement :
«- La volonté de conserver des élèves sur le site Bouchardon nord intéresse bien évidemment les commerçants du centre-ville. Cet argument est cependant à relativiser. Cela ne représente qu’un tiers de l’effectif global, dont un bon nombre est dans l’obligation, durant le temps de midi, de se rendre au Bouchardon sud pour se restaurer. Pour info, je rappelle ici que le regroupement de la restauration scolaire du Lycée Bouchardon a été réalisé par le Conseil régional à l’époque où Luc Chatel en était vice-président et représentant de cette collectivité au sein du Conseil d’administration de l’établissement scolaire.
«- Par ailleurs, le déménagement et l’installation des services représentent un coût non négligeable. Cela nécessite un chiffrage précis. Cependant, l’infrastructure ayant été parfaitement entretenue, celui-ci devrait être très limité.
«Arguments en faveur du projet regroupement :
«- Tout d’abord, pensons à l’intérêt des lycéens et de leurs enseignants. Regrouper tous les lycéens sur un même site induit, on le comprendra sans difficulté, de nombreux avantages éducatifs et pédagogiques. La planification des emplois du temps, véritable casse tête, sera facilitée, ce qui induira une amélioration du travail des enseignants et des élèves. Ce projet a d’ailleurs été approuvé par les deux CA de l’établissement.
«- Dans le même ordre d’idée, regrouper des services municipaux éclatés entraîne de nombreux avantages en terme de coût et d’efficacité de fonctionnement.
Faire mieux et moins cher est pourtant un slogan que l’on nous sert actuellement à toutes les sauces. Ici, c’est vrai !
«De plus, ce regroupement doit permettre une amélioration non négligeable au niveau du fonctionnement de certains services. Ayant été adjoint aux sports durant 13 ans, je vais prendre ici l’exemple du service des sports, deux bureaux de 15m2 environ, dont l’un dans lequel travaillent «quatre» secrétaires et qui accueille du public. Cette difficulté fonctionnelle se reproduit dans de nombreux autres services de la ville.
«- Concentrer les services de la ville sur le site Bouchardon Nord représente un intérêt économique non négligeable pour les commerçants du centre ville. Par exemple, on notera ici que bon nombre des employés de la ville est amené à se restaurer sur place durant le temps de midi.
«De plus, et cela a déjà été dit dans ce journal, les lycéens sont suffisamment «mobiles» et la distance entre le site Bouchardon sud et le centre-ville n’est pas un problème à pointer véritablement du doigt.
«- Le bâtiment étant important, il peut permettre l’accueil d’autres activités (services publics ou privés, lieux associatifs, salles d’activités diverses,…), ce qui dédouble l’intérêt économique sur le centre-ville.
«- Les bâtiments municipaux laissés vides après le transfert des services représentent une somme importante qui couvrira largement le coût d’installation.
«- Même si elles sont peut-être en nombre insuffisant (des solutions existent pour améliorer cet aspect des choses), les places de parking à disposition aux alentours du site Bouchardon nord permettent une accessibilité améliorée par rapport à l’existant.
«Lorsqu’on pèse le pour et le contre, il me semble donc concevable qu’on puisse avancer deux avis, à savoir :
«a) La proposition du regroupement avancée par le Conseil régional et soutenue par Sylvie Cotillot est une bonne solution.
«b) La proposition de regrouper la quasi-totalité des services municipaux dans les locaux libérés par le lycée, au centre-ville, est très logique autant d’un point de vue structurel que fonctionnel.
«On notera ici que le refus de cette option ne rend en rien caduque la proposition de regroupement des lycéens. La destination des locaux libérés pourrait être différente, mais, à mon sens, ce serait dommage.
«Si on fait fi des positionnements politiciens, il me semble qu’un accord pourrait rapidement se décider, tout au moins autour du projet de regroupement avancé par le Conseil régional.
«Toujours est-t-il qu’un vrai débat doit avoir lieu afin de confronter démocratiquement les arguments autour de ces deux projets de regroupement. J’en ferai la proposition et nous verrons bien !».

Lionel Thomassin
Vendredi 11 Avril 2008
Lu 755 fois
Notez

Nouveau commentaire :