Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Crise : Mobilisation syndicale

Un appel à manifester le 29 janvier est lancé pour protester contre les licenciements, le chômage partiel, les salaires en baisse, le travail du dimanche, la retraite à 70 ans.



Pour la première fois longtemps, ce sont toutes les organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC, UNSA, FSU, Solidaires, ainsi que la Fédération générale des retraités de la fonction publique) qui appellent à manifester le jeudi 29 janvier. Deux rassemblements sont prévus dans le département : à 16 heures, devant les mairies de Chaumont et Saint-Dizier. 
«Des milliers de salariés de tous les secteurs d’activité sont, vont être ou ont été touchés par des mesures de chômage partiel, des départs volontaires, de la mobilité interne, ds suppressions d’emplois, c’est-à-dire à court terme des licenciements», expliquent les syndicats qui pensent notamment au sort des emplois de 3P, Freudenberg, Forges de Bologne, Forfes de Courcelles, Allevard Rejna, GHM, Isoroy, Amman-Yanmar, ArcelorMittal, SNOM et Etilam.
Les congés et autres RTT ayant été épurés, certains salariés de ces entreprises vivent des heures difficiles, touchant une allocation de chômage partiel représentant seulement la moitié de leur salaire. 
Selon les syndicats, les agents des services publics ne sont guère mieux lotis avec la non reconduction des CDD et les suppressions de poste (hôpitaux, enseignement...), le non remplacement des départs en retraite, la délocalisation de la BSMAT de Langres, la suppression de bureaux de poste, la fusion des services, etc. 
Ils ajoutent que les salaires et les pensions stagnent et ne permettent plus parfois de faire face aux dépenses de base (nourriture, logement, chauffage, transport, soins). 
Les syndicats appellent donc à manifester pour «défendre tous les emplois du privé et du public, donner aux jeunes une vraie perspective avec un vrai travail, un vrai contrat, un vrai salaire, exiger des augmentations de salaire, des retraites, des pensions, des allocations et minima sociaux, préserver et développer partout des services publics de qualité et de proximité dont notre département rural a besoin et défendre notre sécurité sociale solidaire». 
L’objectif, c’est aussi de souligner que la crise économique n’explique pas tout et qu’elle ne doit pas tout justifier. Surtout pas le travail du dimanche ou la retraite à 70 ans... «La droite est au pouvoir et elle fait une politique de droite», rappelle ainsi Sylvestre Subissi (FSU). 
Avec cette journée du 29 janvier, les syndicats espèrent pouvoir montrer au gouvernement qu’ils sont encore capables de rassembler et contredire Nicolas Sarkozy qui, il y a quelques mois, avait déclaré : «Aujourd’hui, quand il y a une grève, ça ne se voit pas». 

L' affranchi
Vendredi 23 Janvier 2009
Lu 816 fois
Notez

Nouveau commentaire :