Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Conseil municipal Abbès Djanti rejoint l’opposition

Carole Merle ayant décliné l’offre, c’est finalement Abbès Djanti qui va remplacer Fatiha Benrezzak dans les rangs de l’opposition de gauche, au conseil municipal de Chaumont. Ses motivations...



Conseil municipal Abbès Djanti rejoint l’opposition
Comme nous l’avons écrit récemment, siéger au conseil municipal dans l’opposition n’a rien à voir avec le rôle d’élu de la majorité. Quand on s’est préparé à mener à bien des projets, il est difficile de se placer en observateur et n’avoir pratiquement que la critique (dans tous les sens du terme) pour faire avancer les choses.
Lorsque Fatiha Benrezzak a fait connaître sa démission (L’affranchi N° 774), la place a été proposée à la 6e de la liste de gauche : Carole Merle. Celle-ci a finalement décliné l’offre. On s’est alors tourné vers le 7e (Abbes Djanti) qui, après mûres réflexions, vient de décider de relever le défi.
Il aurait pu siéger à la prochaine séance (vendredi 3 avril). Mais, n’ayant pu prévoir le coup, il s’était déjà engagé dans l’encadrement d’un groupe de jeunes. Ainsi, à moins de trouver le moyen de se faire remplacer, ce qui paraît bien compromis, il devra attendre encore un mois ou deux avant d’entrer dans ses fonctions électives.

Dans l’opposition pour mieux se préparer à gouverner un jour...

Abbes Djanti, qui est originaire de Joinville et vit à Chaumont depuis 1982, est à la fois conseiller d’éducation au CFAID et responsable de l’école de la deuxième chance (1). Cet animateur de formation est spécialisé dans les sujets qui concernent les jeunes et l’insertion. C’est aussi un sportif accompli qui, à 47 ans, continue de pratiquer la course à pied en compétition.
S’il s’était présenté aux élections municipales, c’était pour mettre en place un projet précis. Il estime en effet qu’il y a encore beaucoup à faire pour les jeunes à Chaumont.
Aujourd’hui, il se dit qu’il essaiera de faire passer des idées et d’apporter sa pierre à l’édifice. Il arrive bien d’ailleurs, dans le cadre de sa profession, à œuvrer avec des élus de la majorité.
Mais si ce n’est pas le cas, il saura se contenter de son rôle d’opposant. Il a le sentiment en effet qu’il s’agit de la meilleure école pour se préparer à devenir un jour conseiller municipal majoritaire.

(1) L’école de la deuxième chance a pour objectif de rendre employables des jeunes de 16 à 25 ans, sans travail, qui sont sortis du système scolaire sans qualification.

Lionel Thomassin
Vendredi 27 Mars 2009
Lu 1920 fois
Notez

Nouveau commentaire :