Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Colombey : La première place Radio-Londres

Franck Bauer, speaker à la BBC pendant la guerre, est venu inaugurer le 18-Juin la place «Radio-Londres» à Colombey-les-deux- Eglises. La première en France.



La place «Radio-Londres» a été inaugurée par Franck Bauer, speaker à la BBC pendant la guerre, et Jean Lanzi, ancien journaliste de télévision et président de l’amicale Radio-Londres. 
La place «Radio-Londres» a été inaugurée par Franck Bauer, speaker à la BBC pendant la guerre, et Jean Lanzi, ancien journaliste de télévision et président de l’amicale Radio-Londres. 
Cette année, le 18-Juin à Colombey-les-deux-Eglises aurait dû être marqué par l’ouverture au public du nouveau Mémorial. Il faudra encore attendre quelques mois. Alors que les travaux devraient être achevés fin juillet, un système de pré-visites, destinées aux scolaires et aux journalistes, sera mis en place en septembre. L’inauguration officielle par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel est désormais prévue pour le 10 octobre. Et l’ouverture générale au public devrait intervenir dans la foulée. 
En attendant, c’est une place «Radio-Londres» -la première en France- qui a été inaugurée le 18-Juin à Colombey, juste en contrebas du cimetière. L’idée a été soufflée par l’amicale Radio-Londres, qui est présidée par l’ancien journaliste de télévision Jean Lanzi (il a notamment présenté l’émission «7 sur 7» en alternance avec Anne Sinclair) et qui a pour ambition de voir fleurir plusieurs places de ce type «dans les villes les plus importantes». 

Celui qui disait : «Ici Londres, les Français parlent aux Français»

Jean Lanzi est donc venu à Colombey pour cette inauguration, en compagnie de Franck Bauer, qui fut speaker à la BBC pendant la guerre et qui est le dernier survivant de cette époque. 
Franck Bauer commençait ses annonces par cette phrase devenue légendaire : «Ici Londres, les Français parlent aux Français !»
«Je suis toujours ému de redire cette phrase», a-t-il souligné à Colombey, en présence de quelques dizaines de personnes, dont le préfet de la Haute-Marne Yves Guillot et le président du Conseil général Bruno Sido. «Je suis parti de France en 40. J’avais 19 ans. Les nouvelles de la guerre n’étaient pas bonnes, tout allait mal. J’ai traversé la France à vélo jusqu’en Gironde. Et j’ai pris un bateau, dans lequel il y avait des Polonais, sans savoir où j’allais. Quatre jours plus tard, nous sommes arrivés à Liverpool. Et je suis tombé sur un représentant du Général de Gaulle. On ne savait pas qui c’était. On arrivait en Angleterre sans savoir qu’on allait rallier le Général de Gaulle. On nous a emmenés à Londres. Le Général est passé devant moi. Et je ne l’ai même pas reconnu. A l’époque, on ne le connaissait vraiment pas...»
En devenant speaker de Radio-Londres, Franck Bauer apprendra à le connaître. Même si «le Général n’attachait pas une grande importance à la personne que j’étais à l’époque». 
«De Gaulle, à Londres, en 40, a inventé la Résistance», a rappelé ensuite Jean Lanzi. «L’Histoire, il faut la redire tout le temps, pour qu’on n’oublie pas ce qui s’est passé et qu’on fasse attention à ce qui pourrait se reproduire à l’avenir». 
A Colombey, entre le cimetière, la Boisserie, la Croix de Lorraine, la rue du Général de Gaulle, le collège Yvonne de Gaulle et désormais la place Radio-Londres et bientôt le Mémorial Charles-de-Gaulle, on n’est quand même pas près d’oublier de sitôt le Général..

Christophe Poirson
Vendredi 20 Juin 2008
Lu 1173 fois
Notez

Nouveau commentaire :