Rechercher un article



Brèves

Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Cité des Vosges : des locataires inquiets par la démolition

Pour cause de démolition programmée, les habitants de la cité des Vosges doivent quitter leur logement HLM, où ils vivent parfois depuis plus de 40 ans, avant la fin octobre. Ce qui peut poser problème.



Nicole et Marie-José Patys habitent respectivement au n°60 et au n°62 de la cité des Vosges. Ce qui est bien pratique, la mère devant s’occuper de sa fille qui n’est pas autonome. Le problème, c’est que Chaumont-Habitat propose de les relo
Nicole et Marie-José Patys habitent respectivement au n°60 et au n°62 de la cité des Vosges. Ce qui est bien pratique, la mère devant s’occuper de sa fille qui n’est pas autonome. Le problème, c’est que Chaumont-Habitat propose de les relo
Fin avril, les locataires de la cité des Vosges, située en bas de Chaumont, entre les faubourgs de Saint-Aignan et de La Maladière, ont reçu un courrier de Chaumont Habitat leur «donnant congé» pour les locaux qu’ils occupent parfois depuis plusieurs dizaines d’années. En clair, leurs logements vont être démolis et ils doivent quitter les lieux avant fin octobre. 
Bien sûr, ces habitants bénéficient d’un droit à être relogés dans le parc HLM. Mais pour certains, c’est une vraie déchirure. Par exemple, une locataire de 79 ans habitait là depuis 47 ans ! Après avoir dû quitter les Vieilles-Cours pour cause de démolition... 
Elle s’était faite à l’idée de finir sa vie au même endroit et n’envisageait pas de déménager. Mais heureusement, Chaumont Habitat lui a proposé un sympathique F3 dans une tour située en face de l’école de gendarmerie. 
Outre le souci du déménagement, il y a aussi le problème du loyer. A la cité des Vosges, vétusté oblige, les loyers sont particulièrement bas. De l’ordre de 150 euros par mois. Or, Chaumont Habitat propose à certains locataires des logements à 350 ou 400 euros, l’APL ne comblant pas toujours toute la différence. 

A la nouvelle résidence Victor-Hugo, tout serait déjà loué

Reste que beaucoup ont déjà quitté la cité des Vosges. Ce n’est pas le cas de Nicole Patys, qui habite au n°60 depuis 38 ans, et qui n’est pas satisfaite par les propositions qui lui sont faites. Il faut dire qu’elle doit s’occuper de sa fille handicapée, Marie-José, qui habite juste à côté, au n°62. «Ma fille n’est pas autonome», explique-t-elle, montrant une carte d’invalidité. «Il faut que je reste à côté. Elle a aussi des problèmes d’équilibre et ne peut pas monter des escaliers. Mais on nous a proposé des logements rue Ampère au 1er et au 3e étages et rue Loucheur au 1er et au 4e étages. Il nous faudrait deux rez-de-chaussée, comme ici. Ou bien une maison pour les deux, mais aménagée comme il y en avait une rue Pierre-Brossolette et qui a été attribuée à quelqu’un d’autre».
Evidemment, ce n’est pas si simple à trouver. Pour rester dans le même quartier, pas loin du centre Leclerc (elle n’a pas de voiture), Mme Patys aurait bien aimé aller à Saint-Aignan. Mais ça n’a pas été possible. Elle a aussi tenté d’occuper un des logements de la nouvelle résidence Victor-Hugo, en cours de construction sur le site de l’ancienne cité du Bassigny. Mais on lui a fait savoir que tout était déjà pris. 

Impossible de rencontrer le président de Chaumont-Habitat

Alors, elle attend. Et s’inquiète. Une autre de ses filles a tenté de prendre rendez-vous avec Luc Chatel pour lui faire part du problème. Mais on lui a répondu que le ministre-maire ne s’occupait pas de ça, bien qu’il soit aussi président de Chaumont Habitat. Un rendez-vous a toutefois été obtenu avec son adjoint Didier Cognon, par ailleurs vice-président de l’organisme d’HLM, le 26 juin.
Evidemment, Mme Patys a toujours la possibilité d’aller habiter dans le privé. Mais le loyer risquerait d’être encore plus élevé. Et elle perdrait la prime de déménagement de 450 euros généreusement octroyée par Chaumont Habitat aux locataires de la cité des Vosges. A condition que ceux-ci restent dans son parc...

Christophe Poirson
Dimanche 21 Juin 2009
Lu 2692 fois
Notez