Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Chaumont décroche 5 millions de fonds européens

Le dossier déposé par la ville de Chaumont fait partie des 5 qui viennent d’être retenus (sur 9) en Champagne-Ardenne. 5 millions d’euros du FEDER seront donc disponibles pour monter un projet urbain de 20 millions d’euros.



On se souvient qu’en juin dernier (L’affranchi N° 738), le Conseil municipal de Chaumont avait voté en toute hâte un grand projet urbain pour répondre à un appel de l’Europe. Celle-ci souhaitait, par le biais du FEDER (Fonds européen de développement régional), mener un programme de «compétitivité régionale». L’idée était de subventionner, pour chaque région, quelques gros projets de 40 millions d’euros chacun. Elle se proposait de donner 10 millions pour chaque dossier porté par une grosse agglomération.
Mais, en Champagne-Ardenne, le Conseil régional a fait valoir le fait que très peu de villes avaient la taille nécessaire pour monter de tels projets. Finalement, il a été décidé de descendre à 20 millions d’euros.
C’est ce qui a permis à la Champagne-Ardenne de présenter neuf candidatures. Toutefois, après étude des dossiers par l’Etat et la Région, cinq projets ont finalement été retenus. Ce sont ceux de quatre agglomérations (Charleville-Mézières, Reims, Châlons en Champagne et Troyes) et celui d’une ville (Chaumont).

Un projet qui reviendra à 4,2 millions d’euros

La ville de Chaumont va donc pouvoir recevoir 5 millions d’euros, si elle réalise son grand projet de près de 20 millions d’euros.
L’essentiel du projet local porte sur l’aménagement du secteur de la gare avec les cinémas (mais pas le centre international du graphisme, pour lequel d’autres financements seront sollicités) et une plate-forme multimodale (trains, bus, vélos...). Mais il y aura aussi la réalisation de la zone commerciale de La Vendue, une aide au développement économique, des investissements dans le Quartier Foch, la création d’espaces verts, le développement d’un espace culturel et associatif au Cavalier, etc.
Partant de ces 5 millions, la ville ira chercher d’autres subventions pour chaque dossier. Sans oublier toutefois qu’il n’est pas possible de se faire financer à plus de 80 %. Le maire, Luc Chatel, a déjà annoncé en fait qu’il estimait à 4,2 millions d’euros la part du grand projet qui restera à la charge de la commune (sur 6 ans).

Saint-Dizier retoqué, mais...

Si Chaumont a été retenue, c’est probablement parce que son projet répondait à tous les critères établis par l’Europe. A savoir : «renforcer la valorisation économique des territoires pour une meilleure compétitivité ; développer et renforcer les démarches d’entreprenariat ; renforcer et diversifier le réseau des services pour une meilleure attractivité des territoires ; encourager les modes de déplacement respectueux de l’environnement ; lutter contre le réchauffement climatique et contribuer à un développement urbain durable ; développer une ingénierie de gouvernance urbaine».
D’autres villes comme Saint-Dizier et Vitry-le-François ont vu leurs dossiers refusés. Néanmoins, la Région a fait savoir qu’elle disposait d’un volant d’aides européennes qu’elle se proposait d’octroyer au coup par coup sur certains points intéressants de leurs grands projets.
C’est un fonds qui intéresse aussi Luc Chatel, en tant que président de la Communauté de communes du Pays Chaumontais. Il cherche en effet des financements pour la pépinière d’entreprises de «Plein Est», à la Croix Coquillon. Mais ça ne sera pas simple...

Lionel Thomassin
Vendredi 10 Octobre 2008
Lu 594 fois
Notez

Nouveau commentaire :