Rechercher un article



Envoyez un mail à L'affranchi

laffranchi52@gmail.com

Brigades blanches : Les premiers effectifs

Deux jeunes femmes ont été embauchées pour materner les Chaumontais dans la rue. D’autres suivront...



Elles sont là pour aider, pour renseigner, pour empêcher, pour gronder, pour rassurer, pour protéger... et pour veiller à la propreté. Le champ d’action des brigades blanches est large. Et, pour tout dire, encore un peu imprécis.
La municipalité a le sentiment qu’il existe des besoins en ville. Elle est d’ailleurs confortée dans cette idée par le fait que ce type de service fonctionne bien ailleurs. A Nancy par exemple, puisque l’adjoint concerné était venu en vanter les mérites lors d’une réunion électorale de Luc Chatel. Mais ce n’est qu’à l’usage qu’on saura ce qui est vraiment nécessaire à Chaumont.

Protéger les enfants, aider les personnes âgées...

Pour l’instant, la structure chaumontaise ne compte que deux personnes, embauchées d’ailleurs sur des contrats courts. Anne Clément et Arielle Esmard prennent leurs marques depuis une quinzaine de jours. Elles commencent à voir où et quand elles seront le plus utile. Elles seront rejointes par trois autres membres avant la fin de l’été. Et comme il est question de couvrir toute la ville, d’autres suivront certainement.
Ayant reçu une petite formation et effectué divers séjours dans les services de la ville ainsi qu’au commissariat, les membres des brigades blanches doivent être à même de mesurer les problèmes et de savoir où trouver les réponses.
On leur demande par exemple de veiller à la propreté de la ville. Ils peuvent s’en charger eux-mêmes en ramassant les objets qui traînent. Mais ils peuvent aussi saisir les services concernés quand ils tombent sur des tags ou des dégradations en tous genres. Et puis ils sont censés rappeler gentiment à l’ordre ceux qui commettent des actes d’incivilité. Ils devront par exemple inciter les propriétaires de chiens à ramasser les déjections de leurs compagnons (en fournissant les sacs, au besoin). Et il leur faudra rappeler que, même dans les squares, les chiens doivent toujours être tenus en laisse. Cette dernière mesure ayant pour but principal de protéger les enfants de risques physiques directs, mais aussi de risques sanitaires, sur les aires de jeux.
La protection des jeunes fait partie des missions des brigades blanches, notamment dans les endroits où ils traversent les rues.
Mais il leur faut aussi se tenir au plus près des citoyens, quand ceux-ci ont besoin de renseignements ou qu’ils ont des doléances à faire remonter sur le fonctionnement de la ville.
Enfin, les brigades blanches sont prêtes à donner un coup de main, si nécessaire. Les personnes âgées devraient ainsi facilement trouver quelqu’un pour porter leurs courses.

Un tremplin pour les employés

Présentant les premiers éléments des brigades blanches aux côtés de Luc Chatel, Didier Cognon, l’adjoint aux affaires sociales, a beaucoup insisté sur les volets insertion et formation du projet. La ville cherche en fait à embaucher des personnes qui ont des difficultés à trouver un emploi et à les faire évoluer.
Il n’est pas prévu qu’on entre dans les brigades blanches pour y passer toute sa vie professionnelle. Au contraire, les employés seront incités à suivre des formations qui leur permettront d’accéder à d’autres fonctions.

Lionel Thomassin
Vendredi 27 Juin 2008
Lu 745 fois
Notez

Nouveau commentaire :